Reyna ►Abyssus abyssum invocat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reyna Quinns
avatar
« Romaine »
Messages : 27

MessageSujet: Reyna ►Abyssus abyssum invocat   Sam 24 Aoû - 18:55



Reyna Quinns
Demie-Déesse Romaine
• Âge : 18 ans
• Date et lieu de naissance : Le 8 Juin 1995 à Puerto Rico
• Parent divin : Bellone, déesse de la guerre
• Cohorte : Cohorte une
• La guerre : Pour ou contre ? Reyna n'a aucun intérêt à se lancer ans la guerre, mais si la situation l'y force, elle le fera et ce sera sans pitié. L'heure ne sera plus à l'hésitation. Mais n'importe quelle grand dirigeant sait qu'une guerre ne se déclenche que dos au mur. Reyna sait que si elle arrive, tous souffriront et son but est de les protéger
• Orientation sexuelle : bisexuelle
Feat : Ashley Greene

Trait de caractère :
Quelle douce colombe que cette Reyna. Il y a de cela bien des années. Le jeune femme est devenue froide en apparence. Presque comme un ange, elle est continuellement impassible. Cette froideur l'aide dans toutes les situations, surtout quand elle dot commander. Depuis toujours, la fille de Bellone a toujours eu un caractère bien trempé et très autoritaire. Personne ne survit longtemps dans ce monde pour si l'on n'est. Elle n'avait jamais pu comprendre ces idiots qui croyaient que tout était rose et manichéen. Mais cela n'empêche pas Reyna d'être généreuse et parfois même gentille. Elle reste tout de même très perspicace et c'est un chef charismatique, mais pas un très bon orateur. Elle est sarcastique, ironique et parfois mesquine. La fille de la guerre est un  excellent chef de guerre, mais sa place reste sur le terrain. C'est une excellente combattante, elle anticipe très bien les mouvements. Elle naît une lame dans la main et un poignard dans l'autre, au malheur de ces adversaires.
Au camp romain, elle est solitaire. Personne n'ose franchement se moquer d'elle et sa froideur et sa droiture la rendent parfois complexe à approcher et à apprécier.


Mon histoire :

Acte I : Avant le Camp...
Il était une fois : c'est ainsi que commence toutes les histoires de belles princesses et de méchants dragons. Seulement toutes les princesses ne sont pas belles et les dragons méchants.
C'est ainsi que début l'histoire de Reyna, fille de Bellone, déesse romaine de la guerre. Vous pensez que la vie lui est sympathique. Détrompez-vous, mais chut, vous risquez de manquer certaines parties...


Scène I : Amor et melle et felle fecundissimus es

Pour la première fois depuis longtemps, Harry Quinns se laissa aller et serra les petites filles contre son cœur. Ses petits trésors. Hylla avait déjà quelques années auprès de son père. Elle ne l’oublierait peut-être pas. Ses yeux clairs étaient emplis de larmes à l'idée de quitter son père. L'enfant s'accrochait aux jambes de son père. Et sa petite dernière qui gazouillait en essayant d'attraper les cheveux blonds de son père. Il lui sourit à travers ses larmes, déclenchant un petit rire ressemblant à un carillon. Harry tenta de la faire disparaître sous les baisers, tandis que la petite se débattait. Elle était le portrait craché de sa mère avec ces cheveux sombres et ces yeux chocolats. Magnifique. Elle lui rappelait tant Bellone, contrairement à Hylla qui lui ressemblait plus. Harry savait que plus jamais il ne rencontrerait pareille femme. Elle était... tellement guerrière et parfaitement elle. Pour le soldat qu'il était, l'aventure valait l'adrénaline de toutes les guerres.
Pourquoi devaient-ils les abandonner ? Il sentit les larmes lui montaient aux yeux. Il n'avait tellement pas l'habitude. Ça remontait à quand la dernière fois ? Mais jamais il n'avait eu à abandonner ces enfants. Cette Circée leurs avait promis une vie de rêve. L'auraient-elles vraiment ? Harry ferma les yeux, refusant la cruelle réalité. Elles seraient en sécurité. Plus qu'elles ne le seraient jamais avec lui. Elles n'avait pas de mère présente et bientôt un père virtuel.
Ces doutes allaient le rendre fous, si il continuait. Ils déposa les enfants sur le bord une fois qu'il eut aperçut la magicienne. Il semblait s'éloigner sans regret.
"-Je vous aime mes chéries. Jamais je ne vous oublierais, murmura-t-il à la lune."

Scène II : Condemnant quod non intellegunt

"-Hylla ! Attends-moi ! s'écria Reyna d'une voix criarde."
Elle devait avoir un peu plus d'une dizaine d'années, des cheveux bruns sombres et des yeux chocolats. Tout le monde au SPA disait qu'elle était à croquer. Et quelle SPA, celui de Circée, la  plus grande magicienne que le monde n'eût jamais connu.  Elle était bonne avec elles.
"-Non ! s'exclama sa sœur les mains sur les hanches, furibonde. Je t'ai déjà répéter des dizaines de fois que tu ne pouvais pas venir. Circée attend de nouveaux visiteurs, et je dois les accueillir.
-C'est toujours la même chose. bouda Reyna en tournant les talons vers la piscine."
Elle ne remarqua pas le sourire amusé de sa sœur. Qu'elle l'énervait parfois celle-là. Toujours à tout décider. Et encore plus à tout interdire. C'était éprouvant à la longue, pensa-t-elle en s'asseyant sur un transat. Elle remonta doucement ses lunettes sur son nez, dédaigneuse.
Elle lézardait au soleil quand un cri attira son attention et son transat fut renversé. Ses lunettes s'envolèrent dans la piscine. Une légère douleur au genou la surprit. Heureusement, la coupure s'avère bénigne. Elle se releva paniquée. La petite fille courrait sur tout le navire en cherchant sa sœur. Lorsqu'elle la trouva, elle se jeta dans ses bras. Reyna n'avait pas peur et elle ne tremblait pas. Son regard s'armait de détermination.
D'un même geste, elles se mirent à courir vers la sortie. Quelle sortie ? Les deux sœurs  finirent finalement par se cacher dans une petite remise.
"-Hylla, que s'est-il passé ?  murmura Reyna.
-Tu te souviens quand je t'ai dit que je devais accueillir des visiteurs. C'étaient deux jeunes, de ton âge je pense. Une blonde, très typée californienne. Seuls ses yeux gris détonnaient dans le mélange. Et un brun, un peu maigrichon à mon goût, rigola Hylla d'un air pensif. Mais il avait des yeux bleus très beaux. La couleur que l'on rêve tous de voir dans la mer. C'était vraiment superbe. Je les ai amené à notre maîtresse. Le garçon est sans doute devenu un très cochon d'Inde. Avant, Circée les transformait en cochon. Mais c'était vraiment sale. Et ce n'est pas à la hauteur de sa classe.
-Tu t'égares là !
-Désolée. Donc... Ils sont restés avec elle et j'ai alors entendu un grand fracas. Tu te souviens des pirates... Ces imbéciles les ont libérer comme cadeau d'Adieu. Ils cherchent à tous nous retrouver. Et leur vengeance se promet terrible. Pour nous, termina sinistrement Hylla.
Ce n'est qu'à cette instant que la porte s'envola sous un seul coup; sur les visages soudain effrayés des enfants.

Scène III : Adversus periculum naturalis ratio permittit se defendere

Quelques oiseaux s'envolèrent lors qu'un cri guerrier retentit. Le soleil se tenait haut dans le ciel, balayant la cour arrière de ses chaleureux rayons tandis qu'une légère brise apportait rafraîchissement à ceux qui dehors se trouvaient. La brise était tout comme le soleil la bienvenue, car elle permettait de rester à l'extérieur plus longtemps. Dans la dite cour, le bruit fracassant de lames s'entrechoquant retentissait. Le bruit des lames cessait, remplacé par des souffles hérétiques. Il y avait entre quelques palmiers, deux jeunes femmes. L'une était vêtue d'une tenue civile avec une cotte de maille. Ces cheveux blonds étaient retenus en queue de cheval. Elle transpirait un peu. Son adversaire était une jeune fille en tenue de cuir cette fois-ci. Dans un cuir bordeaux tirant sur le prune. Ses cheveux noirs étaient libres sur ses épaules. Quelques mèches tombaient sur ses yeux. La blonde était Hylla et l'autre était sa jeune sœur Reyna.
Sans prévention, les deux femmes s'élancèrent. Leurs mouvements fluides et la danse des lames fascinaient, hypnotisaient et donnaient envie de ne faire qu'un avec elles. L'on aurait dit deux courants d'énergie pure. Leur lutte était un enchaînement de ruses et de coup bas. Leurs niveaux laissait paraître des heures d'entraînement. Et elles n'avaient mis que quelques mois pour atteindre ce niveau. Leur combat cessa soudainement lorsque Reyna réussit à faire voler l'épée de sa sœur et lui mit la sienne sous le menton.
"-Il est temps, dit-elle d'un ton lugubre. Combattre ou mourir. Ça à toujours était la loi ici-bas.
-Je n'aime pas quand tu parles comme ça, même si Maman serait d'accord. S'exclama-t-elle en dévoilant ses dents. Quittons cette île maudite. Ces pirates ne l'emporteront pas en enfer.

Scène IV : Dulce bellum inexperti

"-Ma petite louve. Aujourd'hui, tu vas partir à la colonie romaine. Ta route est tracée et ton destin sera à la hauteur de mes attentes pour toi, grogna la louve en retroussant les babines. Ne me déçois mon enfant. Dirige-toi vers la baie de San Fransisco, le reste, tu devras le trouver la bas. Je vois le futur aussi clair qu'il puisse l'être pour un demi-dieu. Les armes cèdent devant la toge. Mais tu auras les deux, louve et c'est grace à cela que tu seras une grande combattante et une pre... J'en ai déjà que trop dit. Va ! Pars loin avant que je ne te dévore...
Lupa fit demi-tour et partit sans un seul regard en arrière.
Reyna resta longtemps debout, les larmes aux yeux devant ce nouveau déchirement. Elle ne pleurait pas et ne sanglotait pas. Elle ne savait que trop bien Lupa ne supporterait pas cette faiblesse. Mais elle se retrouvait encore seule. Peut-être était-elle victime d'une malédiction ? Elle finit par partir elle aussi sur cette pensée.





Et depuis...
 


Scène I : Eheu fugaces labuntur anni

Une silhouette bougeait. La pauvre fille n'arrivait pas à voir qui était cette personne. Elle semblait avoir des ailes noires et un regard rouge. Elle voulait courir, s'enfuir. Elle se rendit alors compte qu'elle était attachée et qu'elle ne pouvait plus bouger. Son corps ne lui obéissait pas. Rien n'a faire.
Reyna retient de justesse un cri. Elle s'était réveillée en sursaut, trempée de sueur. Elle se leva en tremblant. Elle se souvenait des cadavres : Jacob, Hylla, Lupa et surtout Jason ! Rien qu'à la pensée de l'imaginer mort, son cœur se mit à battre la chamade. Elle sentait bien que ses jambes ne la soutenaient plus.
Elle tituba longtemps et finit par s'assoir dans le temple de sa mère. Une simple fille de Bellone prêteuse ? Parfois, elle se sentait terriblement seule. L'autre prêteur était Jason et tous les respecter rien que par son père. Et elle n'avait trouvé pour seule solution que de tomber éperdument amoureuse de ce grand nigaud. Sa peur cédait peu à peu la place à l’attendrissement. Elle se souvenait de ses premiers temps, continuellement à s'entraîner, jusqu'au jour où leur duel s'était soldé par une douce étreinte. Ils avaient même finit par devenir prêteurs ensemble. Et le voir sans vie dans ses bras. Elle rentra se tête contre ces genoux. La fille de Bellone tremblait de tout son corps.

"-Reyna, murmura une voix à son oreille tandis que la jeune femme sursauté. Je suis là, tout va bien, continua-t-il en la berçant."

Elle s'endormit comme ça, dans les bras de Jason, sans savoir qu'il ne serait bientôt plus là. Et pas seulement à cause d'un enlèvement.

Scène II : Entitas ipsa involvit aptitudinem ad extorquendum certum assensum

"-Non ! Jason n'a disparut que depuis deux semaines, nous ne ferons pas de nouvelles élections de suite, éclata Reyna à la suite du discours d'Octavian.
Ce misérable gringalet blond osait lui demander quelque chose. Depuis la disparition de Jason, il détruisait des peluches, sans succès et lui casser les oreilles, avec le même talent. Chaque jour qu'Hélios faisait, il lui demandait de nommer un nouveau prêteur. Et il fallait évidemment que cela se passe en même temps que la disparition de Jason. Certes, personne ne connaissait la teneur exacte de leur relation, mais lui, il savait. Et pas une seule fois, il ne se gênait pour enfoncer le couteau dans la plaie, déjà bien sanguinolente. Et il fallait en plus que leur désaccord se fasse au Sénat. Reyna était une bonne meneuse de troupes et savait à la perfection entraînait ses forces dans la bataille.  Mais elle savait reconnaître ses faiblesses et ce leg d'Apollon la dépassait largement en tant qu'orateur. Il est brillant, c'est une certitude. Et si il avait été un tant soit peu moins manipulateur, elle aurait accepter qu'il soit prêteur avec elle. Cependant, cela signifierait la mort définitive de Jason et elle ne pouvait l'accepter.
Combien de temps encore pourra-t-elle continuer son jeu de chat et de souris avec Octavian longtemps ? La réalité ne tarderait pas à revenir au galot.

Scène III : Esse quam videri

"-Tiens, pour toi !"

Reyna et Jacob était sur Scipion, le pégase cacahouète de Reyna. Elle adorait son pégase, le seul du camp. Son ami serrait amicalement sa taille avec fermeté. Il ne lui pardonnait toujours pas la fois où elle l'avait fait chuter. Jacob était un fils de Vulcain et l'un de ses très rares amis au camp. On peut même dire le meilleur, parfois comme unique. La jeune femme n'aimait pas s'attacher, elle avait perdu plus qu'elle n'avait gagné et à la longue, elle ne pouvait plus. Pourtant, ce petit hacker de génie avait passé les barrières de la guerrière avec une facilité presque drôle. Elle regrettait qu'il ne soit pas dans la cohorte une avec elle. Et puis, c'est son indic' et c'est ainsi qu'ils avaient sympathisé. La Preator s'étant vite rendue compte des avantages que lui apportait Jacob.
Elle prit l'objet qu'il lui tendait et le fixa perplexe.

"-C'est un téléphone, articula-t-elle exagérément.
-Oui et ? demanda-t-il avec un grand sourire
-Tu sais bien que les demi-dieux ne peuvent pas en utiliser ou alors les risques sont très importants.
-Mais il est particulier. Je l'ai conçu exprès pour nous et pour qu'il n'attire pas les monstres, même si ce n'est que théorique et que je n'ai pas eu le temps de le tester. Tu te portes volontaire.
-Contrainte et forcée, mais oui, finit-elle en éclatant de rire.

Scène IV : Eritis sicut dii

Seule ! Après Jason, c'était Percy. Qu'avait donc ces grecque de plus qu'elle.  Rien ? Ou était-ce juste parce qu'elle était nulle. Cette aventure c'était bien fini et Gaïa ronflait de nouveau. Pourtant, elle avait subi des pertes et elle se retrouvait encore seule. Percy et Jason n'étaient que des tir-au-flanc, et elle gérait une fois encore seule le camp. C'était la norme de sa vie. Seule. Elle secoua la tête et son regard était une nouvelle fois emplie de défi et de de détermination. Elle n'allait pas se laisser abattre comme ça. L'on comptait sur elle et pas seulement sur ses amoureux transis. Le retour de cette quête avait eu un mauvais vent de lune miel improvisé. Reyna songea qu'elle n'était pas vraiment seule en caressant ces deux chians. Aurum et Argentum, ils étaient tellement adorables, avec elle. Nul autre n'osait s'approcher de peur d'y perdre un doigt. Il lui semble même que c'était déjà arriver.




 
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Jones
avatar
« Grecque »
Messages : 3192
Humeur : I want eat cake !

MessageSujet: Re: Reyna ►Abyssus abyssum invocat   Lun 26 Aoû - 23:23


BIENVENUE A LA COHORTE N°1, FILLE DE BELLONE ! !

Bravo à toi, futur héro ! Tu as passé la première épreuve avec succès puisque te voilà validé ! Tu sens la puissance en toi, très cher ami ? La sensation est grisante, mais ne t'y habitues pas trop. La gloire se mérite, et ta première mission t'attend ! Pour pouvoir garder ton joli minois et être fiché dans dossier du Camp Jupiter, il va falloir aller te recenser par-là !. Une fois cela fait, tu pensais pouvoir aller RP ? Et bien non, pas de suite. Parce que c'est quand même mieux d'avoir des liens, pas vrai ? C'est pour ça qu'on a le grimoire, et même qu'il a plein d'autres fonctionnalités, mais tout est expliqué ici, pas de stress. Après, parce qu'on aime bien vous faire courir partout, il va falloir repartir recenser votre grimoire & votre présentation . Terminé ? Et bien par confort, vous avez votre kit de bienvenue à aller réclamer et maintenant, vous êtes fin prêt pour la vie de héro ! N'ayez pas peur de nous, si vous avez la moindre question, le staff est à votre disposition, et pour une meilleure intégration, il y la chatbox ! Je crois qu'on a fait le tour, soit. PJ/HP est heureux de vous avoir dans ses rangs et vous souhaite d'excellents moments parmi nous ! Amusez-vous bien !


Love is life.
I remember those times, when we used to share everything we had. When we were young, innocent and we thought everything was possible. But guess what ? It wasn't. And we fell hard, and we tore apart.
And I miss you, you know.
(i miss maryson / code northern lights.)
 
Voir le profil de l'utilisateur
 

Reyna ►Abyssus abyssum invocat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: « Pour incarner un personnage » :: Présentations :: Nos héros-
© CRFPH ( Communauté Rpg des Fans de Percy jackson et Harry potter). Tous droits réservés. - Production 2011-2014.