Lyle A. Darling - « For forgiveness, you could always pray. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyle A. Darling
avatar
« Sorcier »
Messages : 2509
Humeur : « Forgive me. »

MessageSujet: Lyle A. Darling - « For forgiveness, you could always pray. »   Dim 11 Aoû - 16:26



Lyle A. Darling
Sorcier à Serdaigle.
• Âge : 17 ans en novembre.
• Date et lieu de naissance : 13 novembre 1996 à Londres.
• Nature du sang : Né moldu.
• Maison : Serdaigle.
• La guerre : Sans réel avis tant que son esprit n'est pas clair.
• Orientation sexuelle : Sans étiquette.
Feat : Darren Criss.

Trait de caractère :
A son enterrement, on a dit de Lyle qu'il était une personne gentille, d'une joie de vivre particulièrement contagieuse, d'un humour un peu décalé et cru, et d'une addiction ridicule aux musiques moldues pop. Pourtant, le garçon qui est revenu des Enfers est bien différent de celui-là. Bien qu'il ait gardé sa curiosité maladive et son esprit de stratégie assez hors du commun, Lyle a un peu été ralenti, voir sonné par son retour parmi les vivants. Bien plus distrait qu'auparavant, on le prend souvent à regarder un objet d'un air vide, et surtout moins réactif, le garçon a du mal à assimiler et comprendre les choses aussi rapidement qu'il en était capable, et il lui arrive même par moment de perdre le fil de ses pensées. Sa mémoire a été un peu abîmée et a tendance à lui faire défaut, il lui faut donc se remémorer chaque visage, chaque prénom, avec peine. Mais le plus évident lorsqu'on voit ce nouveau Lyle, c'est son aspect distrait, fragile et brisé. Il ne suffirait que d'une fêlure de plus et le voilà qui se briserait en mille morceaux. Quoiqu'il en soit, le bouclé reste une personne fascinée par l'univers féérique et la magie, et continue d'avoir des étoiles dans les yeux lorsqu'il voit un hippogriffe ou un phénix.


Mon histoire :

Les légendes voudraient que lorsque nous mourrons, nos vies défilent sous nos yeux. Ceux qui sont revenus d'entre les morts vous le confirmeront, en ajoutant que ce n'est pas vraiment beau à voir.

L'eau coulait le long d'une rivière, paisible et tranquille. Et dans cette eau nageait les souvenirs, les mémoires, le passé , restes d'une vie alors qu'il n'y avait plus ni présent ni futur. Le garçon, qui ne comprenait pas vraiment les évènements récents, s'assit sur la berge, contemplant les images, les scènes, les paysages et les visages. Il se pencha prudemment, tandis sa main et effleura du bout de ses doigts la surface aqueuse, et une des images qui fuyaient.

"Grand-mère ? Appelait un petit garçon d'une dizaine d'années, aux yeux d'un bleu vif envoutant.
-Oui, Lyle ? Répondit une vielle femme, probablement soixantenaire, et dont les traits fins et les cheveux d'ébène informaient de ses origines japonaises.
-Pourquoi est-ce qu'Hermione ne vient plus jouer avec moi après l'école ? Demanda-t-il, un brin de tristesse se trahissant dans sa voix.
-Et bien, tu sais Lyle, elle est au collège maintenant. Elle doit travailler dur pour avoir de bonnes notes. Et toi aussi, tu iras au collège l'année prochaine. Et toi aussi, tu travailleras dur pour avoir de bonnes notes. Expliquait la grand-mère en caressant les cheveux bouclés du garçon avec amour.
-Est-ce que je reverrai Hermione ? Demanda-t-il alors, une lueur d'espoir dans les yeux.
-Quelque chose me dit que oui. Lui assura-t-elle, un sourire aux lèvres."

Le garçon sourit à ses souvenirs, regrettant sa défunte grand-mère. Il prononça tendrement son prénom, et tâcha d'enchainer avec d'autres scènes avant de se mettre à pleurer. Quelques cheveux blonds attirèrent son regard, et il plongea sa main pour les attraper.

"Un esprit logique, stratégique, et curieux. Hum, que demander de plus ? Ce sera Serdaigle !" s'écriait le Choixpeau sur la tête bouclée du garçon, qui s'empressa alors de rejoindre la table bleue et bronze, et de s'y trouver une place, tout au bout. Quelques minutes après, ce fut une petite blonde, qui devait faire sa taille, aux yeux vifs et au sourire amical. Elle se présenta, se prénommait Luna. "Lyle", avait-il répondu, d'une voix timide. "Lyle Darling", répétait-il, prenant un peu d'assurance dans le timbre. "Luna Lovegood. Enchantée, Lyle Darling", avait-elle répondu, et il conclut par un "De même", avant de découvrir avec émerveillement l'impressionnante quantité de nourriture à table. Bien que le garçon n'avait pas vu Hermione, il était heureux d'avoir pu rencontré quelqu'un. Quelqu'un de bien, se disait-il même.

"Dégage de Poudlard, sang-de-bourbe !" s'écriait une voix, de l'autre côté de la porte close du dortoir. "Sang-de-bourbe, sang-de-bourbe" répétaient d'autres, tandis que Lyle, prenant ses valises et ses vêtements éparpillées partout dans le couloir, retenait ses larmes. Il se remercia mentalement de ne pas avoir déballé trop vite ses affaires, n'ayant sorti que quelques manteaux, et se traina le long des couloirs de la tour de Serdaigle, errant sans but. Au milieu de la nuit, se sentant faible et fatigué, il se mit à pleurer, et s'adossa contre un mur, dans un coin perdu qu'il n'avait jamais remarqué avant. Et Lyle pleurait autant qu'il put, vidant tout son corps de larmes, tristes larmes.
La porte s'était ouverte, d'abord doucement, puis franchement, et une petite chose blonde apparut. Le garçon était tellement content de voir Luna qu'il tomba dans ses bras. Le quinzième dortoir, anomalie du château comme eux, venait de héberger deux âmes perdus.

"Mais Cedricounet ! Tu viens de me foutre de la peinture partouuuut. Se plaignait Lyle, un sourire rieur aux lèvres.
-Je ne vois pas de quoi tu parles. Répondit le garçon à la cravate jaune, plaquant sa main bleue sur la joue du bouclé, puis l'embrassant de pleine bouche.
-Les garçons. Je suis là. Ehoh ? M'oubliez pas. Je sais que je suis une naine, mais bon. Déclara Luna en croisant les bras, faisant mine de bouder.
-Désolé. S'excusait celui à la joue bleue, tout en regardant amoureusement Cedric.
-On recommencera plus ? Tentait le Poufsouffle de convaincre la blonde tout en tentant de se convaincre lui-même.
-Bien sûr. Répondit ironiquement Luna en roulant des yeux." Le trio explosa de rire, tandis que Lyle s'asseyait sur les genoux de Cedric en posant son rouleau de peinture au sol, las de travailler. La Serdaigle soupira, et posa à son tour son pinceau avant de s'étendre sur le sol. "Qu'il est beau notre dortoir en bleu." S'exclama-t-elle en admirant les murs. "Notre dortoir." Répéta Lyle en souriant, fier d'eux.

Le garçon rougit en voyant passer quelques souvenirs partagés avec Cedric, peu avant leur rupture, tant leur luxure était évidente. Il préféra cependant les laisser filer, et toucha un tout autre souvenir, probablement tout aussi amusant.

Se regardant dans un miroir une dernière fois, ajustant son nœud papillon, lissant sa chemise et tirant sur les pans de sa veste, Lyle vérifiait son apparence, avant d'entrer dans le salon de la demeure parentale. Son stratagème était prêt depuis plusieurs jours, et le voilà qui allait enfin aboutir. Il passa sa main sur la poignet de porte en bronze, et pénétra dans la pièce aux murs saumons et aux portaits de la famille parfaite qu'ils n'étaient pas.
"Oh, Lyle ! Je t'en pris, assis-toi à nos côtés ! S'exclama Amanda en tournant la tête vers lui, faisant voler sa chevelure blonde bouclée. Je vous avais bien dit qu'il avait quitté sa phase rebelle et était à nouveau rentré dans les rangs de notre société ? Regardez-le, regardez mon fils. Disait-elle tout bas, dans un faux élan d'admiration.
-Mère, mesdames, dit d'un air gentleman Lyle en s'asseyant à table, faisant un salut de la tête comme il se devait de le faire, laissant les conversations reprendre jusqu'à un sujet qu'il attendait avec impatience.
-Tu es un si bel homme maintenant. S'exclamait d'un air rêveur une des amies de sa mère, en joignant ses mains.
-Et bien, j'avoue prendre soin de ma personne. Dit Lyle, en prenant un air fier et séduisant qui ne lui allait pas vraiment.
-Un si bel homme, répétait une autre des femmes. Je connais une charmante demoiselle qui serait ravie de faire ta connaissance, elle vient de...
-Oh, veuillez m'excuser de couper vos paroles mais mon cœur n'est plus à prendre. Déclara Lyle, en laissant un coup d’œil à sa mère, savourant son regard paniqué.
-Et quel est son nom ?
-Cedric, il s'appelle. Il est charmant, et incroyablement sexy. Mentait-il." Car en vérité, non pas que le Poufsouffle n'était ni charmant ni incroyablement sexy, mais cela faisait quelques mois déjà que le garçon avait rompu avec le bouclé. Toutes les femmes le regardaient, un air choqué aux lèvres, murmurant quelques paroles entre elles, toisant Amanda avec dégoût.
"Sur ce... Ce fut un plaisir, mesdames. Et je tiens à dire que vos gâteaux sont infectes. Conclut le garçon, terriblement fier de l'humiliation qu'il venait de porter à sa tendre mère."
Il se leva, et disparut pour toujours de la vie de la blonde, qui avait le teint rouge de honte.

Après avoir bien ri, Lyle passa ses mains au dessus de l'eau, regardant les nombreuses funérailles auxquelles il avait assisté, dont celle de son père William, celle de sa grand-mère Rina, les nombreuses visites au cimetière, pour lui, pour Luna, pour Cedric, et son regard fut attiré par la dernière image qui trainait à s'en aller, celle d'une mort bien particulière à ses yeux.

Le quinzième dortoir était mort, et semblait presque fantomatique. Lyle se trainait, ramassant les papiers qui jonchaient le sol poussiéreux, écartant les rideaux déchirés pour permettre à un peu de lumière de pénétrer dans le lugubre endroit, mais les vitres étaient si sales que seule une lueur faible éclairait le lieu. Le bouclé trouva une petite valise portant ses initiales, et d'un geste sûr, il l'ouvrit, et fouilla. De nombreux vêtements volèrent à travers la pièce avant qu'il ne puisse mettre la main sur le flacon, qu'il avait reçu quelques mois plus tôt. C'était un flacon en verre, avec une jolie forme,  et une étiquette sur laquelle reposait en lettres noires l'inscription "Buvez-moi, pour ne plus rien ressentir". C'était le douzième jour de novembre, soit la veille du seizième anniversaire. Et voilà quelques mois déjà que Lyle plongeait dans une dépression sans fond, seul, abandonné par tous, par Cedric et Luna, par Mary et Rachel, par Alexia, par Hermione et par Serena, par tous ceux qui se battaient pour quelque chose, alors que lui n'avait plus rien pour quoi se battre. Il se sentait tellement mal qu'il n'avait plus qu'une seule envie : ne plus rien ressentir. Abandonner la souffrance et la tristesse, et pouvoir aller sur le champ de bataille aux côtés de ses amis, sans n'avoir aucune peine, aucune faiblesse.
Lyle ôta le bouchon, et ce fut pour lui le noir absolu une fois le liquide rosâtre avalé.

Fronçant les yeux, confus, le garçon se pencha un peu plus, pour comprendre ce qu'il s'était passé, et il tomba dans l'eau par maladresse. Les souvenirs tourbillonnaient autour de lui, dans un brouhaha de paroles, de cris, de pleurs et de rires. Et il heurta violemment le sol mousseux d'une forêt, s'écrasant de tout son long. Une vive douleur frappa son dos, comme s'il vivait réellement ce qu'il se passait. "Ici, les souvenirs sont très réalistes !" pensait-il d'un air sarcastique, en massant son dos une fois debout. Il reconnut immédiatement la Forêt Interdite, avec ses larges racines qui faisaient obstacles sur les chemins, la lueur argentée qui pénétrait avec peine les lourds feuillages, et les sentiers qu'il était préférable de ne pas suivre. Mais il ne comprenait pas encore ce qu'il y faisait. Ce fut alors avec surprise qu'il remarqua une personne, au loin, avança vers lui. Et cette personne n'était autre que lui-même. Mais quelque chose différait, quelque chose n'était pas normal. Peut-être était-ce dû à ses yeux complétement noires, ou bien sa démarche qui lui donnait un air hypnotisé. Il retrouva le flacon vide qu'il avait bu dans le souvenir précédent, et un détail lui apparut aussitôt. Lyle était en train de voir ce qui lui était arrivé après qu'il ait bu le contenu rose.
Le lui du souvenir s'arrêta brusquement, lâcha le flacon en verre qui se brisa au sol, et passa sa main dans sa poche, en ressortant sa baguette. Chaque geste était sec, artificiel. Lyle commençait à comprendre quand un éclair traversa le crâne du garçon face à lui, qui n'était autre que lui-même, et faisant jaillir un jet de sang qui éclaboussa la mousse du sol et l'écorce des arbres proches. Le bouclé manqua de tomber face au choc de la vision, et il se regardait tomber sur le sol, mort. Il était mort. Il s'était tué. Le contenu du flacon l'avait tué. Il avait été hypnotisé. Drogué, ou bien influencé d'une quelconque manière. Mais on l'avait forcé à se tuer. Et maintenant, il était mort. Était-il en fait en Enfers ? C'était évident. Mais il ne voulait pas. Il ne voulait pas que tout ça soit vrai. Il ne voulait pas être mort, il voulait rejoindre les vivants. Il voulait vivre. Et ce fut à cet instant précis qu'un flash lumineux s'empara de la scène, et fut si aveuglant que Lyle en perdit connaissance.

L'endroit lui était inconnu. Mais les personnes lui semblaient familières. Ce fut Mary qui le reconnut et le recueillit ensuite. Puis il retrouva Alexia, Luna, et Rachel. Il manqua presque de la tuer, et tenta de se rattraper en sauvant la vie qu'il s'apprêtait à ôter. Et maintenant, qu'allait-il faire ? Même si sa mémoire lui faisait défaut, et son esprit lui jouait quelques tours, et même s'il avait du mal à retrouver son bonheur d'antan, celui du BlueDortoir, de sa relation avec Cedric, de ses soirées avec Mary et Rachel, qu'il avait passé tordu de rire, Lyle allait vivre. Qu'importe comment, qu'importe pourquoi, qu'importe où et avec qui, il allait vivre.
Parce qu'après tout, ce n'est pas tous les jours que l'on vit pour la deuxième fois.




 
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Jones
avatar
« Grecque »
Messages : 3192
Humeur : I want eat cake !

MessageSujet: Re: Lyle A. Darling - « For forgiveness, you could always pray. »   Dim 11 Aoû - 16:30


BIENVENUE CHEZ LES BLEUS, JEUNE SORCIER  !

Bravo à toi, futur héros ! Tu as passé la première épreuve avec succès puisque te voilà validé ! Tu sens la puissance en toi, très cher ami ? La sensation est grisante, mais ne t'y habitues pas trop. La gloire se mérite, et ta première mission t'attend ! Pour pouvoir garder ton joli minois et être fiché dans dossier de Poudlard, il va falloir aller te recenser par-là !. Une fois cela fait, tu pensais pouvoir aller RP ? Et bien non, pas de suite. Parce que c'est quand même mieux d'avoir des liens, pas vrai ? C'est pour ça qu'on a le grimoire, et même qu'il a plein d'autres fonctionnalités, mais tout est expliqué ici, pas de stress. Après, parce qu'on aime bien vous faire courir partout, il va falloir repartir recenser votre grimoire & votre présentation . Terminé ? Et bien vous êtes fin prêt pour la vie de héro ! N'ayez pas peur de nous, si vous avez la moindre question, le staff est à votre disposition, et pour une meilleure intégration, il y la chatbox ! Je crois qu'on a fait le tour, soit. PJ/HP est heureux de vous avoir dans ses rangs et vous souhaite d'excellents moments parmi nous ! Amusez-vous bien !

PS : Je t'aime !


Love is life.
I remember those times, when we used to share everything we had. When we were young, innocent and we thought everything was possible. But guess what ? It wasn't. And we fell hard, and we tore apart.
And I miss you, you know.
(i miss maryson / code northern lights.)
 
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lyle A. Darling - « For forgiveness, you could always pray. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: « Pour incarner un personnage » :: Présentations :: Nos héros-
© CRFPH ( Communauté Rpg des Fans de Percy jackson et Harry potter). Tous droits réservés. - Production 2011-2014.