Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Annabeth Chase
avatar
« Grecque »
Messages : 3819

MessageSujet: Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09   Sam 22 Sep - 20:32

1H 1OS - Le septième !


Tu veux participer au prochain concour ? Demande, et on trouvera pour une date !

Le thème : Fin du monde.

Les jurys : Cedric D. Lawfull ; Annabeth Chase, Vous ?

Les participants : Neville Londubat ; Luna Lovegood ; Dregan Nester ; Swan Ambrose ; Mary Jones.



 
Voir le profil de l'utilisateur
Neville Londubat
avatar
« Sorcier »
Messages : 685
Humeur : Get bored and shoot the wall.

MessageSujet: Re: Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09   Sam 22 Sep - 21:27

La fin du monde ( pour les autres )
 
À Constance 


  La fin du monde commença à peut près quand, avec Constance, nous décidâmes d'envoyer les personnes qu'on n'aimait pas sur la Lune. Au début, ce n'était qu'un idée comme ça, puis au fils du temps, nous trouvions l'idée super. Le but était simple : tous les élèves, profs, personnes de la famille, chanteurs, acteurs... Toutes les personnes qu'on ne pouvait supporter allait sur la Lune; mais pas n'importe où : sur la partie invisible à la Terre, la " mauvaise " partie, comme nous l'appelions. Et sur la " bonne " partie, tous les autres gens, nos amis, notre famille...Il fallait en fait qu'on reste seules, toutes les deux. Le seul problème était qu'on ne savait comment vivre et apprendre, sans personne pour nous aider. 
Finalement, on s'est décidé: notre gentille prof de français, celle de latin et d'anglais , notre prof de maths, d'EPS et de S.V.T devaient rester avec nous, pour nous apprendre ce qu'il faut savoir. On a aussi décidé de garder les membres du groupe 30 Seconds to Mars, Evanescence, J.K.Rowling, et quelques autres personnes pour ne pas s'ennuyer.

  Sur la bonne partie de la Lune, ce devait-être le paradis, avec piscine, mer, montagnes pour faire du ski et restaurants. Il devait y avoir toutes les bonnes choses de la Terre, pour faire plaisir aux gens qu'on aimait.

  Le seul problème c'était de convaincre les gens de monter dans notre vaisseau spatiale, conçu par les deux meilleures ingénieurs du monde - Constance et moi -. 
C'est Constance qui eut l'idée un jour : leur faire croire que c'était un décor de cinéma d'un film à succès. Le vaisseau était bien sûr bien plus grand que la Terre, sinon comment faire tenir 6 milliards d'hommes, de femmes et d'enfants ?

  Nous nous tenons à présent sur une colline qui surplombe la vallée dans laquelle se tient notre bébé , le " Gibbs 4121999 ". Constance parle dans un micro, pour que les gens du vaisseau entendent.

" Le commandant Tapette à Mouches et son adjointe Pâtée pour Chat son heureux de vous accueillir à bord du vaisseau " Boonty 4121999 ". Veuillez vous asseoir dans les fauteuils mis à votre dispositions et vous êtes priez de vous attacher, pour votre sécurité. Nous vous souhaitons un agréable vol, et merci d'être venus aussi nombreux."

  Je suis sûre que les personnes à bords devaient paniquer. Heureusement pour elles, elles ont fini par être assises, de manière forcée ou non. 
  Le sol commence à trembler, les réacteurs se mettent en marche. Le vaisseau s'élance dans le ciel nocturne. Nous avons mis nos lunettes de soleil, pour ne pas nous abîmer les yeux. Nous ne voyons plus l'énorme engin, à présent. Il est temps de faire décoller l'autre vaisseau, celui pour la " bonne " partie de la Lune.
  Nous nous tournons vers le " Gibbs 2021999 ", petit bijoux de technologie, de luxe et de confort. Il est équipé d'autant d'écrans plat et d'ordinateurs qu'il y a de personnes, et la nourriture à bord est excellente.
Il est maintenant l'heure de partir. Constance fait son discours, en plus agréable cette fois, et rajoutant que tous le monde pouvait revenir quand il voulait, grâce aux Portoloins.
  Les même événements se produise que pour le " Boonty ". Tout se passe bien. J'écrase une larme , mais Constance me dit que nous les reverrons.
 Je me tourne finalement vers le ciel et bras-dessus, bras-dessus nous regardons le vaisseau quitter l'atmosphère, vers une autre vie .


Now I see fire
Inside the mountain
I see fire
Burning the trees
 
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
avatar
« Sorcière »
Messages : 1310
Humeur :

MessageSujet: Re: Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09   Sam 22 Sep - 21:37



        L’humanité entière a succombé en une nuit. Une simple nuit. En quelques heures à peine, toute trace d’humanité sur terre s’est effacée, ne laissant dans les lits froids que des pyjamas froissés sous des draps encore tièdes.
        Enfin non.
        Il reste bien, au fond des appartements sombres des buildings sans vie, des corps en position fœtale. Des corps d’enfants dont le sommeil est perturbé par d’horribles cauchemars. Des cauchemars de monde sans nourriture. Sans électricité. Sans eau potable. Sans bananes importé d’Amérique du sud et d’odeur de café le matin. Un mode sans adultes sans le côté libre de la chose.
        Les plus jeunes vont mourir. De faim. De déshydratation. De chagrin. Ou tué par un animal quelconque, affamé et en chasse.
        Les plus âgés vont mourir aussi. Pas tous, non, mais la plupart. Seuls les plus résistants et les plus déterminés vont rester en vie. La loi de la nature a repris le dessus. La mer n’est qu’un monstre tueur pour les enfants qui ont survécu. Le ciel est habité d’oiseaux meurtriers. Il faut se méfier de tout. Le règne animal a repris le dessus. La végétation s’approprie les immeubles.
        Ils apprennent à manier les quelques armes qu’ils trouvent dans les décombres. Ils s’approvisionnent dans les supermarchés abandonnés. Se réunissent en clans. Etablissent des campements protégés des prédateurs. Apprennent la cueillette, la chasse, et à faire du feu. Tentent de faire des cultures. Sans succès. Pas de pain cette année. Faut-il encore survivre une année pour en espérer l’an prochain.
        Un clan s’est démarqué. Ils avaient posé bagage dans un cinéma. Un jeune homme à leur tête. Quinze ans, et on ne faisait pas plus incertain. Ce jeune leader a rassemblé les membres de son clan avec ceux de deux autres petits groupes d’enfants pour les abriter dans l’immense lieu où ils prenaient résidence. Ce héros – du nom d’Arthur – a été en quelque sorte choisi pour les diriger. Il était de loin le plus âgé des survivants. Son premier réflexe fut de conserver les livres. Dans les livres, on pouvait trouver des remèdes aux maladies, des recettes pour la cuisine, des informations vitales pour connaître telle ou telle plante, et connaître sa comestibilité. Il leur fallait. Mais il ne voulait pas seulement garder les livres utilitaires. Il voulait pouvoir remonter le temps, pendant quelques heures, plongé dans un roman.

        Il leur a fallu du temps pour se réorganiser. Réapprendre à vivre. Des mois. Et quand cela fut fait, ils purent chercher la cause de cette fin de l’humanité telle qu’on la connaissait. Cette fin d’un monde.
        Une seule hypothèse tenait debout. Celle de la Terre.
        Ce serait la Terre elle-même qui aurait éliminé les Hommes. Car les Hommes la tuaient. C’étaient une espèce qui assassinait toutes les autres. Il a donc fallu l’éradiquer. Mais pas complètement. L’équilibre serait faussé.
        Alors la Terre elle-même a mis fin à un monde. Pour laisser les enfants en construire un nouveau. Un monde respectueux. Un nouveau monde. Une nouvelle humanité avec à sa tête, un adolescent. Un simple gosse sans vraiment d’ambition. Seulement celle de vivre. Et de vivre le mieux possible. Et de faire vivre le plus d’autres gosses aussi. Avec un but. Que la fin du monde de recommence plus. Plus jamais.




You're just as sain as I am.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09   Sam 22 Sep - 21:38

La fin du monde

Ces dernières semaines Dregan avait constaté L'évolution du comportement des gens vis-à-vis de ce que tout le monde appelait fin du monde. Certains des jeunes de son quartier entendaient bien profiter des derniers jours de répit qu'il leur restait pour s'amuser un maximum tandis que d'autres avaient l'air de plus en plus maussades et tristes, d'autres encore dormaient de plus en plus mal la nuit et se mettaient à s’angoisser pour rien. Mais le pire, c'est que certains illuminés que Dregan ne parviendrait jamais à comprendre, attendaient ce jour avec impatience. Leurs discours visant à exprimer leur hâte et à donner aux autres l'envie de se languir de ce moment répugnait Dregan. Ce dernier, quant à lui, avait vu le temps défiler de plus en plus vite sans vraiment réaliser que le jour fatidique se rapprochait de plus en plus... Comme Beaucoup d'autre, Dregan restait de plus en plus souvent cloitré chez lui, les rares fois où il sortait c'était lorsque sa mère lui demandait d'aller faire les courses pour acheter ces horribles choses qu'il n'espérait ne jamais avoir à utiliser mais qui, pourtant, selon sa mère, lui seraient indispensables pour survivre au fameux jour. Malgré les protestations de Dregan vis-à-vis de ces achats inutiles selon lui, sa mère, elle aussi de plus en plus anxieuse avec l'approche de cet horrible jour pour l'histoire de l'humanité, lui gueulait dessus à chaque fois qu'il tentait d'échapper à ce labeur. On sentait quand même bien que les tensions dans le quartier augmentaient de jours en jours. Une jeune suicidaire du nom de Mary, habitant un peu plus loin dans le quartier, en était désormais à trois tentatives de pendaison par jour, tellement le fatidique jour lui faisait peur et la tourmentait.

Un silence régnait à chaque repas dans sa maison. Ce soir là Dregan regardait toujours ses pâtes sans dire un mot avec un air plus morne que d'habitude. Sa mère le regardait avec compassion, elle semblait comprendre son anxiété. Après tout, le fameux jour serait le lendemain.

_ Je pense que tu ferais mieux d'aller dormir maintenant, lui dit tendrement sa mère, ne voulant pas le brusquer.

Dregan releva la tête, l'air absent, s'apercevant qu'on lui avait adressé la parole. Il mit 2-3 secondes avant de comprendre la phrase, le temps de se la répéter dans la tête. Il acquiesça de la tête et se releva doucement avant de se diriger lentement vers sa chambre. Il monta l'escalier pendant ce qu'il lui paru durer toute une vie. Chaque marche semblait de plus en plus longue à monter. Il arriva ensuite dans ce qui lui sembla être le couloir de la mort. Avant de finalement parvenir à sa chambre. Il se laissa glisser dans son lit en regardant son plafond quelques temps. Il pensait à des millions de choses en même temps, comme par exemple ce qu'il regrettait de ne pas avoir eu le temps de faire. Le temps était passé trop vite. Il ne lui restait plus que quelques heures avant ce terrible moment... Cette phrase lui resta un long moment dans la tête. Puis, il finit par s'endormir.

Brisant son paisible sommeil, un bruit strident et désagréable , bien que familier lui monta soudainement à la tête, son coeur battait à la chamade. A peine eu-t-il ouvert les yeux qu'une lueur vive, passant à travers les trous du volet lui perfora les yeux. Il était le temps de se lever pour la rentrée des classes...
 

Cedric D. Lawfull
avatar
« Sorcier »
Messages : 1662
Humeur : Like a fish in a glass of water...

MessageSujet: Re: Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09   Dim 23 Sep - 9:57

Les membres du Jury avancèrent sur l'estrade d'où ils allaient délivrer leur terrible sentence sur le monde bibliographique. Le premier à prendre la parole fut Cedric Lawfull, fier et rayonnant comme le président du prix Goncourt.

Mesdames et Messieurs, je sais que vous attendez tous le résultat de ce concours, c'est pourquoi j'ai décidé de faire un long discours totalement inutile pour faire durer un peu le suspens. Sadique? Il se pourrait bien oui. Tout d'abord je voudrais remercier nos sponsors: Mr Ollivanders, La Gazette du Sorcier et bien sur le Chaudron Baveur chez qui il y aura une collation après le concours. Mais je m'égare du sujet qui est bien sur la littérature, il a été très dur de vous départager tellement vos oeuvres sont remarquables, mais il a bien fallu que l'on choisisse quelqu'un. Trève de bla bla inutile j'accorde mon vote, pour son histoire touchante, visionnaire et un brin engagé à:


Spoiler:
 


 
Voir le profil de l'utilisateur
Neville Londubat
avatar
« Sorcier »
Messages : 685
Humeur : Get bored and shoot the wall.

MessageSujet: Re: Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09   Dim 23 Sep - 11:21

Bravo !!!!!!!! * la foule applaudit *


Now I see fire
Inside the mountain
I see fire
Burning the trees
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09   

 

 

Une heure un One-shot - Le septieme - Samedi 22/09

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: « Autre » :: Jeux :: 1 heure, 1 OS. :: Anciens jeux-
© CRFPH ( Communauté Rpg des Fans de Percy jackson et Harry potter). Tous droits réservés. - Production 2011-2014.