Loïc Howell, fils d'Aphrodite...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loïc D. Howell
avatar
« Grec »
Messages : 76

MessageSujet: Loïc Howell, fils d'Aphrodite...   Sam 1 Mar - 22:07



Loïc D. Howell
Demi(e)-Dieu(éesse) Grec(que)
• Âge : 18 ans
• Date et lieu de naissance : Londres Mars 1995
• Parent divin : Aphrodite
• La guerre : Pour,  
• Orientation sexuelle : Hétéro
Feat : Francisco Lachowski

Trait de caractère :


+ Audacieux
• Désordonné
+ Sociable
• Hyperactif
+ Joueur
• Séducteur
+ Sensible ( Pour certaines choses/personnes)
• Beau Parleur
+ Courageux
• Pessimiste
+ Romantique
• Jaloux
+ Charismatique
• Coléreux
• Dyslexique






Mon histoire :

Avant la Colonie...


Je suis né un jour de pluie comme le mois de mars en connaît souvent, le froid était toujours présent signe d'un hiver rude et violent. La clinique était vide de monde, il faudrait être fou pour sortir un jour pareille et pourtant mes parents avaient dû se déplacer pour ma venue au monde. On m'a raconté que ma mère était heureuse de me voir et pourtant elle m'a laissé, comme beaucoup de monde d'ailleurs. De grand sourire, de la joie durant deux trois jours des gens qui se disaient de ma famille était venu pour moi et pourtant je ne les vois plus maintenant. 


Jamais plus je n'ai revu ma mère, elle est partie sans une phrase, sans un mot pour moi. J'ai beaucoup souffert de ne pas avoir de mère. J'ai pourtant tout essayé pour lui donner un visage me l'imaginer, sans succès. Mon père n'a jamais su s'y prendre avec moi. Il me laissait tôt à la crèche avant de revenir me chercher tard le soir. Il sentait l'alcool, un alcool qui m'a pourri la vie si vous voulez savoir.


Les années se sont succédés laissant place à la vieillesse de mon père, nous vivions dans un petit studio au centre de la cité royal ou british comme vous voulez.  Mes années primaires se sont passées plutôt normalement enfin je pense, j'avais de nombreux amis je me sentais aimer par eux tous contrairement au manque d'amour que je possédais de mon père qui s'acharnait au travail et à se bourrer tous les soirs à ne plus en pouvoir. Il m'avait même engagé une gouvernante. Le soir il rentrait avec deux trois jeunes femmes qui devaient avoir une dizaine d'années de moins que lui. Des femmes qui en voulaient à son argent.


Par la suite les cours du secondaire se faisaient de plus en plus compliqués, parfois les lettres me faisaient penser à des hiéroglyphes. Aucune des matières proposées ne m'aller alors qu'en sport je me surpassais sans me vanter. Meilleur athlète de ma classe, probablement à cause de mon hyperactivité diagnostiquée par un médecin il y a quelques années maintenant.


La suite est allée en ce décadent puisque j'ai déménagé, mon cher papa avait décidé de s'installer à Chicago, j'ai perdu mes amis, mes repères et surtout de nombreux degrés. J'ai commencé à faire n'importe quoi, mes devoirs me passaient à dix milles, je faisais le malin avec mes profs ce qui m'a valu de nombreuses heures de colle que je séchais.

J'ai commencé à aller à des soirées, boire de l'alcool, fumer et non pas que du tabac. J'ai perdu ma dignité le jour où l'on m'a retrouvé séché devant la porte de chez moi. Seize ans et déjà un alcoolo voilà ce que disaient de moi les gens du quartier mais je m'en foutais, ils ne valaient absolument rien pour moi. Cette année-là j'ai aussi découvert que j'étais plus que doué avec les femmes, j'avais facilement une conquête par semaine. On peut aussi se douter que je ne faisais pas que rouler des pelles mais évitons les détails gênants de mon histoire.


On peut dire que ma seizième année a été très mouvementé, j'ai eux tous ses problèmes et bien d'autres comme la découverte de talents cachés et d'un monde invisible à l’œil nu pour des êtres humains. Un soir d’août alors que le soleil venait de pointer ses derniers rayons de lumières une étrange femme sonna à ma porte, elle était d'une beauté invraisemblable, ses yeux étaient d'un vert profond qui me donnait envie de m'y perdre dedans.

Elle était habillée d'une jolie robe blanche possédant un décolleté plongeant qui me fit frémir. Jamais je n'avais vu une femme aussi attirante. Trop beau pour être vraie, c'est ce que j'aurais dû me dire avant de l'inviter à entrer après qu'elle m'ait dit qu'elle était notre nouvelle voisine. La stupidité des hommes que voulez-vous et de leurs hormones. Elle me demanda à plusieurs reprises si je vivais avec quelqu'un et surtout s'il y avait quelqu'un de présent. Je ne fis toujours pas attention à ses questions qui pourtant étaient inquiétantes. Encore une fois j'étais ignorant de tout.


Ma réponse lui convint car elle me lâcha et étrangement je n'entendais absolument plus rien. Je me suis retournée pour voir quelque chose que jamais je n'aurais cru voir un jour, je fis un bond en arrière en découvrant une femme ailée qui sortait des crocs acérés de vampires, des cheveux enflammés et une jambe en métal, elle dégageait une odeur plus que nauséabonde. Elle était devenue une Empousa, un monstre mythologique dont j'avais eux connaissance quand je faisais du grec. En tout cas je savais qu'elle n'était pas amicale du tout. Je ne réagis pas de suite quand elle lança sa première boule de feu si on peut dire qui me manqua de peu pour venir carboniser la moitié de mon salon. J'ai commencé à courir en direction des escaliers qui menaient à l'étage.

Fuir avant qu'elle ne m'attrape était la seule chose à laquelle je pensais en m'insultant pour avoir laissé une inconnue rentrée chez moi et avoir pris mon salon pour un barbecue. J'entendais son rire affreux et ses paroles qui me disaient je vais te dévorer, te tuer, te dépecer. 
Je me suis planqué sous un lit attendant le bon moment pour sortir quand on me tira d'une main forte, je sentais ses griffes s'enfoncer dans ma chaire comme un doigt dans de la mousse. J'ai hurlé comme un fou de douleur. Je me pensais finis. Une paire de ciseaux traînait à coté de moi, sans aucune hésitation je les ai saisis, me disant qu'une fois sortie je tenterais une action.

Une fois évacué de ma cachette elle me plaqua au sol parlant de nouveau de me becqueter, c'est à ce moment-là que j'ai empoigné le ciseau pour lui enfoncer dans les cotes, seul endroit que j'ai réussi à atteindre. Surprise par cette douleur elle se jeta sur le côté pour s'encastrer dans un placard, pendant ce temps moi j'ai pris la poudre d'escampette ouvrant la porte et priant pour qu'elle ne me suive pas.

J'ai pris ma moto, regardant une dernière fois ma maison brûlait puis j'ai commencé à rouler, rouler et encore rouler. J'ai aussi appelé mon père pour lui dire ce que j'ai vécu, il ne m'a pas cru, je lui ai aussi dis que c'était fini, que je partais et ne reviendrais pas qu'il était seul maintenant, j'ai senti comme un soulagement dans sa voix.

J'ai eux mal mais j'étais habitué maintenant. Je me suis arrêté à une station-service pour prendre de l'essence avant de reprendre la route, je n'avais toujours pas dormi mais je continuais, dépassant Cleveland, puis arrivant près de Newark, une ville non loin de New York un peu plus de 10h de routes. J'ai pris une chambre avec le peu d'argent qui me restait, pour vous dire c'était un motel miteux qui puait le bouc. Mais pour une nuit cela me suffisait. J'ai pris une douche me lavant du sang de cette créature qui m'avait presque terrassé. Je n'ai rien compris à ce qu'il s'était passé, mais maintenant je sais que je suis en danger. 



Je pensais que j'allais avoir une bonne nuit de sommeil, sans succès, on frappa à ma porte à minuit passé, un étrange petit homme vêtu de noir, sentant le bouc et marchant étrangement se présenta à moi. Durant plus d'une seconde j'ai pensé que c'était un autre monstre qui venait finir le travail du précédent.

Mais il ne m'agressa pas, me demandant de m’asseoir, il me raconta de nombreuses choses sur une colonie, des dieux qui donnaient naissance à des enfants sang-mêlées, des monstres mythologiques, de ma vulnérabilité face à eux pour le moment, de mon odeur, que je devais le suivre immédiatement pour me mettre à l’abri. Pour vous dire j'ai vraiment flippé ce soir-là, mais n'ayant plus rien à perdre et le type ayant une bonne bouille je l'ai suivi. Peut-être qu'il m'emmenait me faire becqueter mais rien ne me donnait le courage de continuer, d'avancer dans cette vie de dépravation.

Nous avons tous deux traversées une forêt à l'allure lugubre pendant une quinzaine de minutes avant de débarquer devant un panneau ou plutôt une arcade où s'inscrivait Colonie de sang-mêlées. L'homme enleva ses vêtements laissant place à une sorte d'homme mi-bouc mi-homme, un satyre pour être plus exact. Après tout pourquoi pas. On m'a présenté à la colonie ou plutôt à certain membre, j'ai eu le droit à un lit dans ce qu'ils appelaient le bungalow Hermès. Une bonne nuit de sommeil sans soucis pour une fois.


Le lendemain j'ai eu la « chance » de visiter la colonie de fond en comble, c'était vraiment un truc de fou, j'en prenais plein les yeux, j'allais devoir m'entraîner au combat, participer à la vie commune, vivre en communauté, découvrir des choses sur moi-même et plein d'autres trucs que je n'arrive pas à citer.






Et depuis...
 
Deux mois se sont écoulés avant qu'un des dieux me déclare comme son enfant illégitime, ce fut la déesse de l'amour qui me fit cet honneur lorsque je mangeais avec les autres. Maintenant je suis un fils d'Aphrodite enfin je l'ai toujours été mais je commençais à bien m'entendre avec les Hermès.

J'ai aussi durant cette période découvert que je possédais deux dons dont leur maîtrise m'était impossible. Ou alors il fallait que je me concentre énormément. Il s'enclenchait quand je ne le voulais pas le plus souvent mais au moins maintenant je sais pourquoi j'étais aimé de beaucoup de personnes, triste réalité.


Depuis j'ai grandi, je vis une nouvelle vie, je passe certes toute mon année ici mais j'ai appris à vivre, à ne pas faire de conneries comme avant même s'il m'arrive de boire un peu de temps à autre et de sortir avec de jolies demoiselles mais je ne serais pas moi si je ne faisais pas ses choses. 



 
Voir le profil de l'utilisateur
Divino Incantatores
avatar
« Admin »
Messages : 67
Humeur : Tu es indigne de la connaître.

MessageSujet: Re: Loïc Howell, fils d'Aphrodite...   Mer 5 Mar - 7:18


BIENVENUE A LA COLONIE, FILS DE BARBIE !

Très jolie fiche, et DC accordé, donc, on te retirera les points juste après. Un peu tristounnet que tu pqsses si vite sur le caractère, mais enfin, tout nous convient jeune ami !
Bravo à toi, futur héros ! Tu as passé la première épreuve avec succès puisque te voilà validée ! Tu sens la puissance en toi, très cher ami ? La sensation est grisante, mais ne t'y habitues pas trop. La gloire se mérite, et ta première mission t'attend ! Pour pouvoir garder ton joli minois et être fiché dans dossier de la Colonie, il va falloir aller te recenser par-là !. Une fois cela fait, tu pensais pouvoir aller RP ? Et bien non, pas de suite. Parce que c'est quand même mieux d'avoir des liens, pas vrai ? C'est pour ça qu'on a le grimoire, et même qu'il a plein d'autres fonctionnalités, mais tout est expliqué ici, pas de stress. Après, parce qu'on aime bien vous faire courir partout, il va falloir repartir recenser votre grimoire & votre présentation . Terminé ? Et bien par confort, vous avez votre kit de bienvenue à aller réclamer et maintenant, vous êtes fin prêt pour la vie de héro ! N'ayez pas peur de nous, si vous avez la moindre question, le staff est à votre disposition, et pour une meilleure intégration, il y la chatbox ! Je crois qu'on a fait le tour, soit. PJ/HP est heureux de vous avoir dans ses rangs et vous souhaite d'excellents moments parmi nous ! Amusez-vous bien !
 
Voir le profil de l'utilisateur
 

Loïc Howell, fils d'Aphrodite...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: « Pour incarner un personnage » :: Présentations :: Nos héros-
© CRFPH ( Communauté Rpg des Fans de Percy jackson et Harry potter). Tous droits réservés. - Production 2011-2014.