« Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neville Londubat
avatar
« Sorcier »
Messages : 685
Humeur : Get bored and shoot the wall.

MessageSujet: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Mer 23 Oct - 23:47


« Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  »


    Neville était fort embêté. Lui, l'élève sage -ou presque- et obéissant -à part quand cela concernait les Mangemorts- avait atterri chez la directrice, qui était aussi celle de sa maison. Surtout que le motif de cette convocation ne lui ressemblait absolument pas. Il s'était "battu" avec Savannah, cette Serpentard avec qui il ne s'entendait pas forcément très bien. Les sorts avaient fusé, Rusard n'était pas bien loin, et voilà. Le concierge était toujours rapide quand il s'agissait de détecter les choses interdites et les personnes qui ne respectaient pas le règlement.
    La journée avait pourtant bien commencé. Neville était content de sa première semaine de cours. La concoction de potion était toujours aussi dure pour lui, mais le professeur Slughorn était compréhensif, donc ça compensait. Les matières étaient les mêmes que l'année précédente, l'année d'encore avant... Rien de différent. Certaines salles ne pouvaient pas encore être utilisées, car tout le château n'avait pu être entièrement reconstruit pendant les vacances, mais les dégâts les plus importants avaient été rapidement réparés. Le grand escalier du Hall avait souffert le plus, ayant explosé à cause des sorts lancés. Il y avait aussi eu un trou béant dans le mur d'une des façades du château. Les élèves avaient été très coopératifs pour aider à la réparation de leur école. Au moins, ça avait évité d'employer des ouvriers, et donc d'avoir des frais supplémentaires. Économie d'argent.

  Il s'est donc levé de bonne humeur, avait mangé tout ce qui lui tombait sous la main -une étrange tarte avec des abricots- et n'était même tombé qu'une seule fois. La vie était belle. Le double cours de métamorphose le matin l'avait un peu ennuyé mais il avait tenu bon. Il y eu ensuite les sortilèges, plus faciles. Le Gryffondor s'étonnait souvent des progrès qu'il avait fait en magie. Il réussissait maintenant à produire des sortilèges plus ou moins puissants, sans provoquer de catastrophe. Il était assez fier de lui.  
    Il pouvait remercier Harry d'avoir fondé l'A.D. Cela lui avait permis d'avoir plus de confiance en lui. Il avait appris beaucoup de sorts de défense, quelques uns d'attaque, c'était vraiment bien.
    L'après-midi, il avait eu Soins aux créatures magique, et puis il y eu ensuite la recréation. Neville se tenait dans l'une des cours du château. Celle-ci était au bord du précipice et, accoudé sur la balustrade de pierre, il regardait le ravin. Il suivait des yeux deux oiseaux qui se poursuivaient. Le vent jouait avec ses cheveux, mais il ne semblait pas y prêter attention. Derrière lui, les élèves de sa classe bavardaient joyeusement. La cloche retentit ensuite dans une partie éloignée du château, signalant ainsi aux élèves que leur pose était terminée, et sortant le jeune Londubat de sa léthargie. Alors qu'il allait passer entre les portes en bois, il se cogna contre l'une des torches qui brûlaient éternellement, même avec beaucoup de vent. Manque de chance, il renversa de la suie brûlante sur Savannah, une Serpentard qu'il bouscula. Celle-ci s'énerve très rapidement, l'insultant même. A cause de cela, il refusa de s'excuser. Ce fut une erreur de sa part car la jeune fille sortit sa baguette et lui lança un sort qui lui coupa le souffle. Décidément, elle était rapide. Et avait des réactions un peu excessive. Il riposta avec un timide Petrificus Totalus, qu'il loupa légèrement. Cela se continua comme ça, avec des sortilèges de moins en moins gentils, si bien qu'un Endoloris fut jeté dans sa direction. Elle est folle, pensa Neville. Le pire fut qu'il se le reçut. Aïe. Il se plia de douleur. Il n'y avait autour d'eux qu'un seul élève, les autres étant déjà rentrés dans le château. Il n'allait pas être d'une grande aide, il était en deuxième année. Rusard arriva ensuite, et le Gryffondor souffrant eu juste le temps de lancer un Flipendo qui fit l'effet espéré. Pour une fois.

  Quelques minutes plus tard, ils étaient debout devant le bureau du professeur McGonagall, affrontant son regard sévère. Sévère et déçu. Elle leur a immédiatement fait une leçon de morale, comme quoi il ne fallait pas se battre et lancer des sorts en dehors des cours, que la guerre avait bien suffi, merci, qu'il n'y avait pas besoin d'en rajouter. Elle avait l'air déçu qu'un élève de sa maison -« Je ne m'attendais pas à cela de votre part, Monsieur Londubat. »- ait fait ça, et surtout lui. Mais bon, c'était Savannah qui avait commencé. C'est d'ailleurs à celle-ci qu'elle demanda de raconter l'incident.





Now I see fire
Inside the mountain
I see fire
Burning the trees
 
Voir le profil de l'utilisateur
Theia A. Dawson
avatar
« Membre »
Messages : 272
Humeur : Bob says hello.

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Dim 2 Fév - 19:08


Remontrances chez la directrice.
AVEC NEVILLE LONDUBAT

Savannah ? Mal lunée ? De mauvaise humeur ? Jamais ! Non, tout le monde sait que Savannah Donovan est, en plus de toujours être gentille, adorable, douce, et à l’écoute de tout le monde, toujours de bonne humeur, avec le sourire aux lèvres ! Voyons, qui a osé vous dire le contraire ? La véritable question, c’est de savoir pourquoi cet injustice ? Comment la gentille, adorable, attentionnée, douce, agréable, souriante et aimante Savannah Donovan peut être convoqué dans le bureau de la directrice ?
Après tout, c’était seulement de la faute à l’autre idiot de Neville Londubat ! Cet être vile, sans aucun honneur, ce traite à son sang, cet espèce de sous-sorcier répugnant et dégoutant ! Comment on pouvait ne pas comprendre qu’une jeune femme si belle, si innocente, et si naïve, n’avait fait que se défendre et n’était absolument innocente contrairement à cette mauvaise, ce traitre, ce sang cœur de Neville Londubat ?
Aussi, Savannah se leva de sa chaise, et d’un air aussi noble, et remplit de dignité, comme la Serpentard savait les faire.

« _ Madame McGonagall, vous savez, je suis pas le genre de fille à causer des problèmes. J’ai même été l’une des personnes qui s’est le plus battu dans cette guerre. »

La directrice lança un regard noir à la jeune fille avant d’articuler :

« _ Oui mais dans quel camp mademoiselle ? Il me semble vous avoir vu vous battre parmi les mange-morts ».

D’un geste de la main, Savannah éloigna les accusations comme si étaient toutes infondées. Apparemment, c’était perdu d’avance pour la jeune femme. Le professeur de métamorphose avait très clairement comprit que Savannah, en réalité, n’était d’une mauvaise foi sans précédent.

« _ Dans quel camp ? Demandez à monsieur Londubat, madame. On m’accuse de lui avoir lancer le sortilège Doloris, mais pourquoi l’aurais-je fais ? Je ne me suis pas battue pour lui sauver la vie et le voir mourir peu de temps après ! Madame, s’il vous plait, je sais que je ne suis pas un exemple de gentillesse, mais croyez moi, je donnerai ma vie pour cet homme. Je l’aime beaucoup madame, je lui ai même confié des secrets fous.  Alors pourquoi lui aurai-je fais du mal ? Certes, j’étais un peu énervée, et c’est vrai, j’ai mal réagit, mais comprenez moi madame, c’était qu’un accident, c’était très loin d’être volontaire. Ca arrive à tout le monde de passer une mauvaise journée, et qu’un petit accident pousse à la crise de colère, et je suis sincèrement désolée Neville, je t’aime. Je suis désolée. C’est juste que la suie était brûlante, et que ça m’a réellement fait mal. Je ne voulais pas te causer de problème, je ne voulais pas en arriver là. Je suis vraiment, vraiment, vraiment désolée. »

La jeune femme s’arrêta dans son discours, et réprimanda un sanglot fictif. Pour aller plus loin dans sa stratégie, Savannah repensa même à ses pires souvenirs pour laisser les larmes monter dans ses yeux et couler le long de ses joues.

« _ Je suis vraiment désolé, mais ma vie est complètement bouleversée – Ce qui, en soit, était vrai –, je ne sais plus du tout où j’en suis. Mes parents sont morts dans cette guerre, et j’ai plus de famille. Et… Je suis vraiment désolée… Pardon Neville, je t’en pris, pardonne moi… Si quelqu’un peut comprendre ce que je ressens, je suis sure que c’est toi. »

Pour aller jusqu’au bout de son petit numéro, Savannah alla jusqu’à prendre Neville dans ses bras.

© EKKINOX


 
Voir le profil de l'utilisateur
Neville Londubat
avatar
« Sorcier »
Messages : 685
Humeur : Get bored and shoot the wall.

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Jeu 20 Fév - 20:39


« Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire. »


Dire que Neville était surpris serait un euphémisme. Il était choqué, abasourdi, ébahi, stupéfait... En fait, il n'y a même pas de mots assez forts pour exprimer ce qu'il ressentait. Il regardait Savannah se défendre avec des yeux ronds, tout en guettant les réactions du professeur McGonagall. Celle-ci écoutait, les mains jointes sous son menton et les lèvres pincées, le regard braqué sur son interlocutrice, qui prenait un air implorant, tout en justifiant son innocence. Elle prenait un air désolé, et disait qu'elle était du bon côté, qu'elle voulait le sauver, et tout un tas de mensonges bien gros. Enfin ça, c'est ce dont il était sûr, parce qu'une personne extérieure écoutant la conversation serait aussitôt convaincue par la Serpentard. Neville ne pourrait dire comment elle faisait, mais elle semblant à fond dans son jeu. Ses mains bougeaient, se posant sur son cœur, secouant la tête et les yeux humides. Elle en vint même à pleurer. Il trouvait ça pathétique, mais il était aussi un peu impressionné par le fait qu'elle pouvait mentir aussi facilement, sans remord. Lui en était incapable, il bafouillait quand il y était obligé.
Dans ce qu'elle disait, il y avait quand même des trucs très drôles. Vraiment. Tellement que quand elle le prit dans ses bras - eh oui, elle avait même fait l'effort de lui faire un câlin pour être crue jusqu'au bout, sacrifice énorme de sa part -, il éclata de rire. C'était plus fort que lui, et même si ce n'était pas très sérieux ( la directrice de sa maison devait être surprise de sa réaction ) il ne pouvait s'empêcher de rire.

« Tu donnerais ta vie pour me sauver ? C'est la chose la plus drôle que j'aie entendue. Et puis le fait que tu eusses été dans notre camp un jour m'étonne. Ce n'était pas toi qui, comme tous ces charmants Mangemorts, t'amusais à tuer tous ceux qui te résistaient ? »

Le Gryffondor se mordit la lèvre. Ça ne lui ressemblait vraiment pas de dire ça. Il ne comprenait pas vraiment sa réaction, et pour le coup, il n'avait plus envie de rire. Ce n'était pas très sympa de sa part, même s'il y avait de la vérité dans ce qu'il avait dit.
Savannah avait parlé de secrets confiés. Il était vrai qu'elle avait lui avait donné quelques informations personnelles, mais ce n'était pas vraiment à lui, mais plutôt à Alice, qui s'occupait d'elle, alors qu'il se tenait immobile et essayait de trouver quelque chose à dire.
Elle leur avait dit aimer Harry. Harry Potter. Cette information ne serait pas forcément au goût de Ginny. Neville trouvait qu'elle avait une étrange façon de le montrer.
Aussi, d'après elle, elle était devenue Mangemort pour le protéger des autres, parce qu'elle l'aimait. Ce n'était pas très futé de sa part, sachant que son but était de tous les détruire, ainsi que leur grand chef Voldemort. Il avait lutté pendant ces sept dernières années contre eux, subissant pertes et blessures, et le seul moyen que la rousse avait trouvé pour le protéger, c'était de rentrer dans le camp de son pire ennemi ? Pas très plausible. En plus, même si elle pouvait réellement le faire, elle ne pouvait dissuader les autres mages noirs de ne pas le tuer. Donc son argument n'était pas bon. La vérité, c'est que grâce aux contacts de ses parents, elle avait pu rentrer dans ce cercle fermé, et aussi grâce à son sang pur. On aurait presque dit que les Sang-Purs étaient voués à devenir Mangemorts. C'était assez ridicule, car venir d'une vieille famille ne voulait pas dire " faire la loi en éradiquant tous ceux qui ne correspondent aux critères ". Les sous-fifres du Seigneur des Ténèbres agissaient comme ces moldus allemands qui voulaient tuer tout le monde - et dont Neville ne connaissait que peu de choses, le professeur Binns avait été rapide sur cette leçon.
Donc les secrets, ça dépendait du point de vue. Ensuite, qu'elle n'ait pas fait exprès de lui lancer le sortilège Doloris, il en doutait. Il savait qu'elle était plutôt habile pour cela. Quant à son " je t'aime ", c'était vraiment exagéré.
Il lui dit donc, non sans un regard d'excuse envers le professeur de métamorphose :

« Je peux comprendre que la suie était brûlante, mais m'attaquer pour ça ? C'est assez inutile. »

Elle avait perdu ses parents pendant la guerre. Aïe. Peut-être souffrait-elle vraiment ? Sûrement. Mais en même temps, s'ils étaient Mangemorts...
Mais si elle n'avait plus de famille, elle faisait comment ? Peut-être lui en restait-il ? Quoiqu'il en soit, la remarque qu'elle fit en dernier le toucha. « Si quelqu’un peut comprendre ce que je ressens, je suis sure que c’est toi. » Pourquoi lui en particulier ? Parce qu'il était gentil et compatissant ? Parce qu'il ne disait jamais rien ? Il y avait bien une autre solution, mais elle n'était pas envisageable. Elle ne pouvait pas le savoir... Seuls Harry, Ron, Hermione et Harry le savaient. Donc non, ça ne pouvait pas être pour ça.

« Je... Je ne vois pas de quoi tu parles... »


Ouvre-moi ! :
 




Now I see fire
Inside the mountain
I see fire
Burning the trees
 
Voir le profil de l'utilisateur
Theia A. Dawson
avatar
« Membre »
Messages : 272
Humeur : Bob says hello.

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Dim 9 Mar - 17:55


Remontrances chez la directrice.
AVEC NEVILLE LONDUBAT

Les larmes coulèrent encore plus fort sur les joues de Savannah, la colère, la tristesse, la peur, la rage, tout ça bouillait en elle depuis trop longtemps, et de repenser à tous ça, c’était juste trop difficile pour elle. Elle n’avait jamais vraiment accepté ce qui s’était passé pendant cette guerre. Ni les gens qu’elle avait perdu, ni les choses qu’elle avait subit, ni les choses qu’elle avait faite.

« _ Je n’ai tué personne Neville, j’ai blessé, c’est vrai, mais jamais tuer. Je ne suis pas folle à ce point et je sais reconnaître mes tords. Et la plus part des gens que j’ai blessé, c’était pour te protéger toi, et les autres de ta bande d’ami totalement stupide. Alors ne vient pas me parler de ce que j’ai fais. Je l’ai fais pour être du bon côté, peut-être pas de la bonne façon, mais du bon côté. »

Savannah avait retrouvé son calme, à présent. Les larmes, les pleures, la tristesse, la colère, tout ça était finit. Elle ne ressentait plus rien. Son regard c’était perdu dans le vide, elle ne pensait plus à rien. Son esprit était vidé de tout.

« _ Je sais pas, je stressais, j’allais pas bien. C’est tout. J’étais énervée et… C’est arrivé au mauvais moment. Ca arrive parfois, tu sais, t’es vraiment pas bien, et il y a une petite chose stupide qui vient te casser les pieds, et c’est la petite chose de trop. Alors tu réagis mal, tu fais quelque chose de complètement stupide, mais pas pour cette petite chose, non, non, mais parce que c’est un tout. Et c’est vrai, tu n’y étais pas pour grande chose, mais parfois, faut que ça sorte, et faut exploser pour aller mieux. Je suis désolée. »

D’un air coupable, Savannah tourna la tête. Elle ne voulait pas l’admettre, mais elle savait beaucoup de choses sur beaucoup des victimes qu’on fait les mangemorts. Vraiment beaucoup de choses. Par exemple, elle connaissait la liste exacte des familles touchés par l’autre idiot de loup garou, où toutes les tortures que Bellatrix a pu un jour infligé…

« _ Bellatrix se vente beaucoup, Neville. Je suis au courant depuis très longtemps. Bien avant la guerre. Je n’en ai jamais parlé. Je comprends ce que tu ressens, et je n’avais pas envie que tu en souffres encore plus. Je ne suis pas totalement mauvaise. J’ai gardé le secret pour moi, j’ai rien dit. Je te le promets et t’en fais le serment sur le Styx. »

Maudit grec ! Savannah avait peut-être trop côtoyé les gentils grecs…



© EKKINOX


 
Voir le profil de l'utilisateur
Neville Londubat
avatar
« Sorcier »
Messages : 685
Humeur : Get bored and shoot the wall.

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Jeu 3 Avr - 10:51


« Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire. »


Savannah semblait pleurer encore plus qu'avant, et de ses yeux partaient des ruisseaux fins. Elle semblait déstabilisée mais Neville doutait que cela soit sincère. Après tous les mensonges qu'elle avait dits, démêler le vrai du faux pouvait s'avérer corsé. Et puis il n'avait jamais été très doué pour ça.
Il leva les yeux au ciel quand la Serpentard dit qu'elle n'avait jamais tué personne. Il savait bien qu'elle mentait, et qu'elle avait dû le faire de nombreuses fois et avec facilité car, vu la manière dont elle lui avait lancé le Doloris, c'était quelque chose de tout à fait naturel pour elle, un sort qu'elle réussissait facilement. Il savait que ce maléfice était complexe, et qu'une personne au cœur pur -gentille- ne pourrait pas ou aurait de grandes difficultés à le lancer, et cela lui causerait de grandes douleurs ( comme si l'âme se déchirait, comme celle de la personne qui subit l'Avada Kedavra ), et qu'elle ne se sentirait pas particulièrement bien après. Mais, n'ayant jamais essayé, il ne pouvait dire si c'était vrai ou non. Il était certain, par contre, que les Mangemorts n'avaient rien ressenti, sinon il n'y aurait pas eu tant de morts.
Pour se défendre, Neville ne tuait pas, mais il blessait, et si cela pouvait être mortel, ce n'était pas de sa faute. Par exemple, quand il avait lâché des pots de mandragores sur la tête de leurs envahisseurs, c'étaient les plantes qui tuaient, pas lui. Ou du moins, il ne le faisait pas directement. Il trouvait cela dur d'ôter une vie, et il ne pouvait s'empêcher de penser, au début, que les Mangemorts faisaient tout cela par obligation. Mais par la suite, à mesure que les années passaient, il voyant le plaisir cruel qu'ils prenaient à torturer leurs victimes, et ça l'enrageait un peu plus à chaque fois. Mais il se taisait, et essayer de progresser pour espérer un jour les vaincre. Il avait travaillé lors des réunions de l'A.D. avec la peur de finir sa vie de la même manière que toutes ces personnes ayant souffert pendant la première bataille contre Voldemort. Il avait eu peur de ne savoir se défendre, de ne pouvoir protéger ses amis et ces valeurs qui lui tenaient à cœur. Plus que tout, il avait craint la défaite. Et elle aurait pu arriver de nombreuses fois. Il aurait pu perdre lors de la bataille du Ministère car il n'était au début qu'avec 5 amis contre plusieurs mages noirs bien plus expérimentés qu'eux. Il aurait pu se faire tuer lors de la bataille à la fin de sa sixième année, quand Dumbledore s'est fait tué. Cela aurait pu aussi lui arriver pendant toute l'année scolaire qui s'est déroulée ensuite, alors que les Mangemorts possédaient Poudlard. Il aurait pu mourir quand il faisait face à Voldemort et ses alliés, et que le Choixpeau brûlait sur sa tête. Et il aurait pu succomber lors des combats qui firent rage la même nuit. Mais ce n'était pas arrivé, et il ne pouvait dire si c'était de la chance, ou s'il s'en était tiré grâce à ses compétences. Tout ce qu'il savait, c'est que ces heures d'entraînements lui avaient au moins un peu servi, et qu'il était peut-être en vie maintenant grâce à elles -mais il n'en était pas certain.

Que Savannah dise qu'elle avait fait tout cela pour le protéger, encore une fois, ça le faisait rire. Mais si ça l'amusait de dire ça...

« - Et pourquoi l'aurais-tu fait ? Nous " protéger " ? Ça t'aurait servi à quoi ? Si c'était pour te racheter, ce n'est pas un si bon geste. Et j'ai toujours du mal à te croire, toi qui changes de camp et d'avis si souvent. »

L'explication de la jeune fille quant à sa réaction excessive pour la suie lui semblait plausible. Un petit élément qui est la succession de d'autres, plus ou moins gros et importants, et qui en fait au final un très gros problème. Et la personne explose ensuite, parce que c'est dur à supporter. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, comme disent les moldus.
Quand Neville s'énervait, c'était un événement plutôt rare, donc cette expression ne pouvait pas s'appliquer à lui. Il gardait tout à l'intérieur, et puis ne il ne voyait pas trop l'intérêt de crier tout seul dans une pièce quand il était en colère.
Il ne savait s'il devait accepter ses excuses, ne sachant si c'était sincère. Et puis après tout, même s'il ça l'était, ça ne l'intéressait pas beaucoup.

Ses craintes étaient en fait justifiées. Savannah savait. Quand il l'entendit parler, le Gryffondor fit un pas en arrière, la regardant subitement durement. C'était injuste qu'elle le sache. Elle le savait début longtemps en plus. Mais elle n'avait paraît-il rien dit. D'après elle.
Il se sentait d'un coup redevenir le petit garçon craintif qu'il était avant. Celui qui se sentait seul, qui espérait avoir des amis un jour, et qui ne comprenait pas pourquoi ses parents étaient dans un hôpital, alors qu'ils auraient pu vivre avec lui. Celui qui était élevé par une grand-mère exigeante et stricte, qui attendait le meilleur de lui. Et il lui avait fait honte de nombreuses fois. Mais ce n'était pas de sa faute, s'il était maladroit et bourru à ce moment-là. Il se sentait -et se savait - nul tout le temps, et il n'arrivait pas à avoir confiance en lui, quoi qu'on puisse lui dire. Et les autres élèves se moquaient de lui.
Il se remit rapidement de sa tristesse passagère, et reprit un visage neutre très rapidement. C'était fini maintenant, il avait grandi, et il n'avait plus peur des autres. Et en aucun cas, Savannah ne devait percevoir son trouble. Sinon c'était fini, il pouvait dire adieu à sa fierté et à ses secrets. Qu'elle pense tout cela si elle veut, mais peut-être que si elle voyait que ça ne faisait rien à Neville, elle abandonnerait ? Oui, sûrement.

« -Eh bien, Bellatrix Lestrange est morte maintenant, et elle le méritait. Elle a ôté tellement de vie que le fait qu'elle fût encore en vie était injuste. Mme Weasley a très bien fait, toute sa famille doit être fière d'elle. »

Il hésita quelques secondes, se disant que jurer sur le Styx pour un sorcier ne devait pas avoir beaucoup de valeur. Ils n'étaient pas liés à ces traditions, et c'était comme promettre quelque chose sur le livre sacré d'une religion sans en faire partie. En même temps, le Styx existait vraiment, donc ça avait peut-être de la valeur, finalement ?

« - Ma souffrance va très bien, merci pour elle. Euh... Merci, je suppose ? »

Regardant la directrice dans les yeux, il lui fit une demande d'aide silencieuse car après tout, on ne pouvait pas dire qu'elle participait beaucoup à leur dialogue.



Now I see fire
Inside the mountain
I see fire
Burning the trees
 
Voir le profil de l'utilisateur
Theia A. Dawson
avatar
« Membre »
Messages : 272
Humeur : Bob says hello.

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Ven 4 Avr - 22:07


∞ Remontrances chez la directrice.

&& Neville Londubat



« Combien de fois allait-il encore insister sur ça ? Je n’ai pas assez pleuré ? Ca ne te suffit pas ? Faut que tu me voies tomber à tes genoux pour que tu comprennes ? Non mais allo ! Je ne joue pas la comédie là ! Enfin, plus. ». Savannah ne trouvait même plus les mots pour répondre aux accusations. Après tout, elle s’était déjà tellement de fois qu’elle en était lassée.  Parfois, mentalement, elle s’imaginait que les reproches qu’on lui faisait était un vieux disque qu’on faisait tourner encore, et encore, et encore et…

Bon, okey, c’est vrai, le lancer de Doloris faisait partit du quotidien et elle le faisait très naturellement, ce qui, en temps normal, n’était pas vraiment le signe qu’on est très, très gentil et fiable. Mais Savannah Donovan n’avait-elle pas prouvé un milliard de fois qu’il ne fallait pas lui coller d’étiquette sur le front avec un rang et une catégorie préétablie ? En général, c’était le meilleur moyen de faire totalement fausse route sur le personnage, la cataloguer pour mieux la mettre dans une case sans s’intéresser à ce qu’elle pense vraiment.

Mais Savannah continua de se taire, elle n’avait toujours pas envie de répondre. Des larmes chaudes, à la douceur aigre d’une perle salée, coulaient le long de ses joues pour atterrir quelque part sur sa robe. La sorcière baisa la tête, ce qui normalement était vu comme signe de faiblesse, et qu’elle ne ferait jamais. Mais là, c’était trop pour elle, elle avait juste envie qu’on la laisse tranquille avec toutes ses histoires. Et c’est alors que Neville commit un faux pas dans son discours. « Le fait qu'elle fût encore en vie était injuste », autrement dit, elle ne méritait pas de vivre ?

« _ Mais qui es-tu, toi ? Qui sommes-nous tous pour juger de si quelqu’un mérite ou non de vivre ? Trouves-tu que la vie soit juste ? Non, elle ne l’est pas. On vit, on meurt. C’est juste ça ? Non. Parfois la vie te prends des gens précieux, des gens aux quels tu tiens plus que tout, qui sont fragiles et innocents, des gens qui ne devraient pas mourir, mais elle l’est prend quand-même, tu vas me dire que c’est juste ça ? Et bien non, ça ne le serait jamais. Et pourtant, c’est la réalité. C’est ce qui se passe tous les jours ! Et tu crois qu’il y a une justice dans tous ça ? Si oui, explique moi pourquoi la vie nous a enlevé, à toi comme à moi, les personnes qui nous était les plus chers, je t’en pris. Explique moi pourquoi il faut être capable du pire pour sauver ce pour qui on donnerait le meilleur, je t’en pris, explique moi. Explique moi la justice que tu trouves dans tout ça, parce que pour moi, il n’y en a pas, il n’y en a jamais eu, et il n’y en aura jamais. Sinon, on ne nous prendrait jamais les gens qu’on aime et on n’aurait jamais à devoir déterminer si oui ou non quelqu’un mérite de vivre. »

Savannah venait de débiter tout ça sans même relever la tête. Ce qu’elle aurait voulu répondre aurait été quelque chose de plus du genre : « Mais tu crois pas que tu t’abaisse au niveau de Bellatrix quand tu dis qu’elle ne méritait pas de vivre ? », mais c’est ça qui est sortit. Et maintenant, le souvenir de son petit frère revint la hanter. Car après tout, le principe de la vie, c’est bien ça, non ? Vivre, survivre, peu importe, tout à une fin, même si la fin est totalement injuste.

« _ Si ta souffrance va bien, je t’envie alors. Parce que moi, je n’ai jamais réussi à faire taire la mienne. Et j’ai toujours pensé que proche de toi là dessus. Bien qu’on ait rien en commun, j’ai toujours pensé que tu étais le seul à pouvoir comprendre ce que je ressens. »

Savannah releva ensuite son regard et le porta sur la directrice. A cet instant, ce qu’on voyait dans les yeux de la jeune femme… Et bien ça devait être réellement alarmant, puisqu’en réalité, on ne voyait plus rien dans ses yeux, son regard était vidé de tout émotion, comme à chaque fois qu’elle repense à tout ça.

« _ Maintenant, sauf si vous avez encore des questions ou que vous avez décidé de nous punir, j’aimerai bien partir, s’il vous plait. Je n’ai pas envie d’être encore plus incriminé pour quelque chose que je n’ai pas fais. »

code by PANICK!ATTACK


 
Voir le profil de l'utilisateur
Neville Londubat
avatar
« Sorcier »
Messages : 685
Humeur : Get bored and shoot the wall.

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Mer 9 Avr - 20:00


« Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire. »


Neville se dit qu'il en faisait peut-être trop. Peut-être qu'il exagérait trop les choses, ou qu'il leur accordait bien trop d'importance ? Cela a toujours été comme ça avec lui. Plus jeune, il ne faisait pas attention aux insultes, ou aux gestes méchants. Enfin, plutôt, il excusait les gens, leur pardonnait et oubliait. Parce qu'il était plus pur, plus naïf que maintenant. Quelqu'un lui aurait fait du mal qu'il aurait supprimé cette information de sa mémoire immédiatement. Même s'il ça le blessait, il se disait que cette personne avait une bonne raison de faire ça, et qu'elle le disait pour l'aider. Et cela fonctionnait de la sorte même pour les insultes. Naïf, il l'était vraiment trop. Sa grand-mère le lui reprochait fréquemment, mais il n'y faisait attention. Il oubliait.
Mais il avait changé depuis, et ce trait de caractère avait peu à peu disparu. Et, en y réfléchissant bien, ce n'était peut-être pas une bonne chose. Un peu c'est bien, trop non. Il était bien trop rancunier à présent, et c'est dommage. Il suffisait de lui faire une petite chose, et ça le blessait, et il ne pardonnait donc pas. Mais comme était d'esprit, c'était bien triste.
En fait, en regardant autour de lui, il se demandait une chose : « Qu'est-ce que je fais là, déjà ? » Et il se rappela que c'était pour le duel. Et finalement, il trouvait ça un peu ridicule. Il y a pire comme problème, non ? On pourrait se dire qu'il est un peu étrange qu'il se mette soudain à penser ça, sachant qu'il était énervé il y a quelques minutes. Mais en fait, il se sentait un peu coupable. Un tout petit peu. Et légèrement égoïste aussi. Parce qu'il se renfermait sur ses problèmes, mais il y avait pire. Il avait toujours si ça, mais il avait tendance à l'oublier. Il était fatigué aussi, mais surtout, il sentait Savannah bizarre, un peu... Blessée ? Possible, mais pas forcément par ce que le Gryffondor aurait pu dire ou faire. En fait, il n'en savait rien, seulement qu'elle semblait triste.
Mais plus que ça, c'était son discours qui le lui prouva. Il était un peu dur. C'est vrai que ce qu'il avait dit sur Bellatrix...
Elle dit que la vie était injuste - c'était vrai , que beaucoup de gens mourraient alors qu'ils n'auraient pas dû, que la vie prenait des âmes sans arrêt, et la Serpentard lui posa même la question, pourquoi ? Il avait bien une explication, mais n'était pas sûr qu'elle lui plairait... « Parce que si personne ne mourait, il n'y aurait plus de place sur Terre ? Que la vie a été conçue pour être détruite en fin de compte ? Que de toutes les façons, elle est injuste et ne peut rien y changer ? Que de toutes les façons, on se revoie aux Enfers après, donc c'est pas si grave ? Problème, il doutait un peu de cette réponse. Il ne savait pas du tout à quoi ça ressemblait, donc il ne pouvait que supposer. Et c'était sûrement faux.

« C'est pour qu'il y ait un équilibre ? Si personne ne mourrait, ce serait bien trop peuplé sur Terre. Mais c'est vrai que c'est injuste. Et je pense que ceux qui souffrent le font pour équilibrer, parce que certains sont heureux. C'est horrible comme système, mais on n'y peut rien... » Il se tut, laissant sa phrase en suspend. Ce qu'il disait était parfaitement inutile, il ne voyait donc pas le besoin de continuer.
Quand elle dit qu'elle souffrait, il se dit que ce devait être finalement le cas de tout le monde, mais peut-être juste par période. Il ne sut pas quoi répondre à Savannah, et baissa les yeux.
Elle voulut ensuite partir, ce que Neville pouvait comprendre. Leur entretien ne servait pas à grand-chose en fait. La directrice, qui s'était tue jusque là - elle devait trouver leur discours sans intérêt pour ne pas y participer, ou voulait les laisser régler leurs problèmes seuls- le regarda et lui demanda ce qu'il en pensait, s'ils avaient fini.

« Oui, on pourrait sortir. C'est vrai que ce n'était pas si grave que ça. On ne vous embêtera plus. » dit-il, s'apprêtant à quitter la pièce.


Désolé ._.



Now I see fire
Inside the mountain
I see fire
Burning the trees
 
Voir le profil de l'utilisateur
Theia A. Dawson
avatar
« Membre »
Messages : 272
Humeur : Bob says hello.

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   Dim 20 Avr - 17:34









Cloture de RP



Après un long moment de réflexion, la directrice finit enfin par prendre la parole. Selon elle, ni Savannah ni Neville n’était réellement coupable dans tout ça. C’était uniquement divers facteurs qui, une fois ensemble, créaient les conditions parfaites pour un tel conflit. Néanmoins, la directrice ne manqua pas de punir les deux sorcières en leurs infligeant plusieurs journées de retenues consécutives. Il faut dire que c’était bien mérité, vu les circonstances. Leurs punitions respectives reçues et le programme de celle-ci noté, les deux élèves ne perdirent pas une seconde de plus pour regagner respectivement le dortoir de Gryffondor et celui de Serpentard.



 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan   

 

 

« Remontrances chez la directrice. Mais bon, elle parle surtout pour ne rien dire.  » avec Savannah Donovan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Tours :: Bureau directeur-
© CRFPH ( Communauté Rpg des Fans de Percy jackson et Harry potter). Tous droits réservés. - Production 2011-2014.