Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Jeu 29 Aoû - 22:21

Si tu veux voir l'âme de quelqu'un, demande-lui à quoi il rêve.



  • Je t'aime, idiot. ; Thalia Grace.
  • Dialogue de sourd. ; Unknown.
  • Tonight... ; Leico Di Angelez.
  • If I could only... ; Heros of Olympus
  • Nom de l'histoire ; Personnages principaux.
  • Nom de l'histoire ; Personnages principaux.
  • Nom de l'histoire ; Personnages principaux.
  • Nom de l'histoire ; Personnages principaux.




 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Ven 30 Aoû - 0:55

Je t'aime, idiot.


Il était là. Debout devant moi.
Pourquoi il me regardait comme ça ?
Il était seul, et même pas en état de se battre. Pourtant, je n’osais pas croiser son regard. Sa présence… Sa présence était trop difficile pour moi. C’est comme m’enfoncer un milliard de poignard dans le cœur. J’ai fais une erreur. Une stupide erreur. Et aujourd’hui, j’en payais le prix fort. Son regard s’est posé sur moi. Je le sentais me traversait. Il était tellement froid que j’aurai pu croire que c’était la main glacée de la mort qui venait m’importer.

Son souffle.
J’entendais sa respiration irrégulière. Il était plus mal en point que je pensais. Je commençais à avoir froid. Je suis tombée à genoux devant lui. Pourquoi on se battait déjà ? C’était stupide. J’ai relevé la tête et j’ai croisé son regard. Il était si faible… Il me suppliait presque du regard d’arrêter. La lune était pleine. Je ne m’étais plus sentie comme ça depuis tellement longtemps.

Il tomba alors, lui aussi.
J’essayai alors de me relever, mais rien ne faisait. J’ai finis par ramper au sol. Doucement je suis allée vers lui. Il avait tellement grandit. Quand je l’ai connu, il avait à peine dix ans, quel âge avait-il maintenant ? Seize ? Dix-sept ? Je ne m’étais jamais rendu à quel point le temps pouvait paraître long quand il s’écoulait rapidement. Ma vie à moi était figée à la veille de mon seizième anniversaire. Comme aujourd’hui. Déjà sept longues années que j’avais renoncé à l’amour.

Alors pourquoi ?
Aphrodite, dis moi pourquoi ?
Pourquoi faut-il toujours que tu me tortures ? Pourquoi m’offres-tu des hommes que je ne peux pas aimer ? Affaiblit, il était à genoux devant moi. J’ai rampé jusqu’à lui. Il aurait pu m’achever, mais il ne l’a pas fait. A la place, il a glissé la main dans sa poche et m’a tendu un carré d’Ambroisie.

Mes yeux se sont fermés.
Et le monde, d’un coup, c’est arrêté de tourner. Quand je me suis réveillé, on était en plein milieu d’une prairie. J’étais allongée sous une tente. Autour de moi, il y avait plusieurs sacs posés. J’ai essayé de me relever, mais je n’ai pas réussi. C’était trop dur. J’étais encore trop faible. Alors j’ai remarqué. Je n’étais plus une enfant de la Lune.  Plus de diadème dans les cheveux, plus de fil d’argent. Rien. Mes paupières se sont fermées. Je suppose que c’est comme ça qu’Artémis virait ses chasseresses.

Aphrodite est une garce.
Elle était là, assise devant moi, à une table entrain de siroter un café. Bien sur, ce n’était qu’un rêve.
« _ L’amour triomphe toujours ma chérie.
_ De quoi vous parlez ?
_ De toi ! Voyons, ne gâche pas tout. Il s’est tellement bien occupé de toi, il a été un garçon adorable !
_ Il s’est… Occupé… De… Moi ?
_ Bien sur ! Comment serait-tu encore envie sinon ?
_ Mais pourquoi ? J’ai essayé de le tuer…
_ Voyons ma belle, il t’aime.
_ Il quoi ?
_ Ne joue pas à ça avec moi, aurais-tu oublié qui je suis ?
_ Non, bien sur que non Dame Aphrodite. Mais… Et ma reine ? Artémis ?
_ Ma sœur ? Voyons ! Elle-même a comprit qu’il ne fallait pas vous empêcher de vous aimer ! Regarde toi ma chérie, tu ne ressembles plus à une de ses filles qui gâche leurs vies bêtement.
_ C’est vous qui avez…?
_ Oh non. Tu sais, parfois, l’amour et tellement fort, que même moi je ne peux y influencer.
_ Alors pourquoi vous êtes là ?
_ Pour t’offrir trois choses.
_ Quoi ?
_ La première, c’est un relooking exprès. Non, ne me remercie pas. La deuxième, c’est un coup de remise à neuf, bois ça et tu iras beaucoup mieux instantanément.
_ Et la troisième ?
_ La troisième, c’est le bonheur ma chérie. La clé du cœur de ton bien aimé, elle est là. A l’intérieure du tien.
_ Comment ça ?
_ Tu le comprendras quand il le faudra. »


A mon réveille, il était là, assit prêt de moi.
La tente était petite, juste assez spacieuse pour qu’il ne me touche pas. Quand il a posé les yeux sur moi, j’ai toute suite vu ce que je n’avais pas su voir. Et j’ai compris tout le mal que je lui avais fait. Ma main, presque sans que je m’en rende compte, avait finit par venir se poser sur sa joue. Il trembla.

«_ Tu veux encore ma mort ?
_ Non. Je n’ai jamais voulu que tu meures…
_ Ne me mens pas, je te connais Thalia. Tu as essayé de me tuer, encore.
_ Je… C’est vrai. Mais…
_ Pourquoi tu es tout le temps sur ma route ? Pourquoi faut-il que je te retrouve partout ? Tu ne penses pas que c’est déjà assez dur pour moi ? Tu sais très bien ce que je ressens, ce que je pense… Alors pourquoi ? C’est injuste… Je m’occupe de toi, je te soigne, je fais tout ce qu’il faut… Mais tu ne restes jamais… Pourquoi ? Pourquoi Thalia ? Dis moi pourquoi tu es toujours sur mon chemin ?
_ Parce qu’Aphrodite est la reine des salopes.
_ C’est ça, blâme les dieux. Tu n’es pas mieux qu’eux. Vas-y, je t’en pris, retourne faire mumuse avec tes chasseresses. Brise moi le cœur.
_ Ne le prends pas comme ça.
_ Laisse moi.
_ Idiot ! »


Je suis alors sortie.
Puis j’ai compris ce qu’Aphrodite voulait dire. Je n’avais fais que quelque pas vers la forêt quand je l’ai senti. Son regard à nouveau poser sur moi. J’ai fais deux pas de plus, mais au fond de moi, ce que je voulais, ce n’était plus rejoindre Artémis, mais faire confiance à Aphrodite, pour la première fois. Alors, je me suis retournée et je me suis jetée à son cou avant de l’embrasser

« _ Pourquoi tu fais ça ?
_ Parce que tu es un idiot, mais je t’aime Nico Di Angelo. »




 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Sam 19 Oct - 19:41

Dialogue de sourd.


« _ Et bah moi, j’adore les amandes.
_ Les amandes ?
_ Oui.
_ Mais pourquoi tu dis ça ?
_ Je ne sais pas, parce que c’est vrai.
_ Mais je te parlais pas de ça !
_ Mais je n’écoutais pas.
_ Tu n’écoutes jamais quand je parle.
_ Et alors ?
_ Pourquoi ?
_ Parce que j’aime bien le gout, et la forme, aussi.
_ Mais non idiot ! Pourquoi tu n’écoutes pas ?
_ Parce que je sais déjà ce que tu me dis. Je te connais par cœur.
_ Et si j’avais changé ?
_ Je le saurai.
_ Et si j’avais déménagé ?
_ Je le saurai.
_ Et si j’étais malade ?
_ Je le saurai.
_ Et si tout ça était vrai ?
_ Je le saurai.
_ Je t’aime.
_ Je sais.
_ Tu m’énerves !
_ C’est bien pour ça que tu m’aimes.
_ Je te déteste !
_ Non, tu m’aimes.
_ Pffff ! Si on n’était pas ami !
_ Tu prendrais un curly ? »




 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Mar 4 Mar - 0:36

Tonight...


Il ne l’avait même pas entendu venir.
Remarque, c’était souvent comme ça avec Nico Di Angelo. En plus de dégager quelque chose d’à la fois totalement effrayant et totalement attirant, il avait ce don de faire qu’on ne le remarque pas, peut importe de l’endroit où il arrivait et de la façon dont il arrivait, jusqu’à ce qu’il prenne la parole. Honnêtement, tout le monde surnommait Nico le roi des fantômes. Et c’était un peu ça. Il avait des airs de fantôme. Parfois, Leo Valdez se disait même qu’il faisait corps avec l’ombre. Non, plus que ça, il était l’ombre. C’est surement pour ça que les autres avaient tellement peur de lui. Ou peut-être que c’était à cause de cette sensation de désespoir qui pourrait aller jusqu’à plonger dans la folie, quand on croissait ses yeux. Comme si tout chez ce garçon était là pour vous rappelez la mort. Pourtant, Leo le trouvait cool. Quelque chose chez Nico lui rappelait qu’il n’était pas si différent l’un de l’autre.

« _ On est encore loin du cap ?
_ Franchement, je n’en ai aucune idée, tu devrais aller te coucher. »


En temps normal, n’importe qui aurait sursauté. Le ciel était tellement noir que Leo était quasiment sur qu’il faisait corps avec l’océan. Et puis, fallait croire que les monstres aussi dormaient, parce que tout était totalement calme. N’importe qui se serait laisser surprendre par Nico. Mais pas Leo. Non, Leo, lui, il avait l’habitude. Il s’était surprit à observer chacun des mouvements du fils d’Hadès. Il le fascinait. Mais pas comme avec les machines. Non, quelque chose d’autre chez lui fascinait totalement l’Héphaïstos. Nico haussa les épaules et sourit en coin. Leo voyait à peine son visage, pourtant, quelque chose se dégageait du petit Di Angelo qui ne put que lui voler un sourire.

« _ Pas sommeil, puis, je vais te laisser tout seul sur le pont.
_ C’est cool de ta part, merci.
_ Tu vas bien ?
_ Ouais pourquoi ?
_ Tu viens de faire deux phrases d’affiler sans dire « mec ».
_ Je dis jamais « mec », mec.»


Un silence s’en suivit. Bien qu’occuper à maintenir le cap, Leo ne put s’empêcher de suivre du regard chaque mouvement que faisait le fils d’Hadès. Plus que ça, il détaillait chacun de ses mouvements. Si Di Angelo avait été une machine, au moment actuel, Valdez aurait déjà su comment elle fonctionnait, la position de chacun de ses rouages, et même la vitesse à laquelle le fluide, qui lui permettait de se mouvoir, se déplaçait d’un tuyau à l’autre vers un engrenage à un autre.  Mais il n’était pas une machine. Et Leo était incapable de comprendre ce qui pouvait se passer dans l’esprit de Nico. Nico, lui, regardait au loin, l’air songeur. Il semblait tellement préoccuper. Leo faillit lui demander, mais il préféra se taire. Sans vraiment comprendre pourquoi, la dernière chose que voulait le fils d’Héphaïstos voulait, c’était brisé cet instant. Le temps semblait suspendu. Soudant, il croisa le regard du fils d’Hadès. Il mit un moment à se remettre du choc. Il s’attendait tout sauf à ça. Leo Valdez s’était habitué à Nico Di Angelo, mais, Leo se rendait maintenant compte, en contemplant ses yeux, qu’il n’avait pas encore fait la connaissance de Nico.

« _ Merci.
_ Pas de quoi, mec. Mais merci pourquoi ?
_ Pour être toi-même. Agaçant, casse-pied, pas drôle, mauvais dragueur, passionné par une vielle machine toute rouillé, mal…
_ Ouais, ouais, j’ai comprit, merci de me rappeler que j’étais un boulet. »


Les larmes montèrent aux yeux de Leo. Il n’avait jamais vraiment parlé à Nico. Pas comme ça, en tête à tête. Et, secrètement, le fils d’Héphaïstos avait toujours espéré que celui d’Hadès le comprendrait. Il était le seul qui pouvait le comprendre. Le seul à ressentir cette même solitude, bien qu’entourer de plein de gens, le seul à être souvent, trop souvent rejeter de tous. Le seul comme lui. Et même lui le trouvait… Nul ? Non, c’était impossible. Le cœur de Leo s’arrêta de battre. C’était bien plus qu’un problème de confiance en soit. Leo aimait vraiment Nico. Et voilà, une larme coulait déjà sur sa joue. Et il ne fit rien pour l’essuyer. Ainsi, il espérait que l’autre demi-dieu ne s’en rendrait pas compte.

« _ Nan, Leo, tu comprends pas… Je… Je me suis mal exprimé.
_ Ecoutes, laisse tomber. »


La voix de Leo le trahis. Nico comprit à quel point il avait pu le blesser. Les larmes continuèrent de couler sur les joues de Leo. Alors, il s’éloigna pour aller s’appuyer contre la balustrade. Après tout, il n’avait pas installé un mode pilote automatique à l’Argo II pour rien. Soudainement, il sentit deux bras se passer autour de sa taille pour venir se poser sur son torse et le serrer contre un corps chaud.

« _ Ce n’est pas ça que je voulais dire, Leo. Tu es le seul à m’accepter à bord. Même Hazel se méfit encore de moi. Pas toi. Tu sais, pour moi, c’est encore plus dur que pour vous. Percy et Annabeth… C’est ma famille. Même si je n’ai pas toujours été super avec eux… Je m’en veux encore plus que vous tous. Si je n’avais pas été aussi stupide, vous n’auriez pas eu à vous battre et… Enfin tu vois quoi.
_ Ce n’était pas ta faute, mec.
_ Tu pleures ?
_ Non.
_ Tu mens ?
_ Oui.
_ Pourquoi ?
_ Parce que je craque. Je… Sur le bateau, tout le monde à peur de toi, mais personne ne te remet en cause. On sait tous que sans toi, on ira jamais jusqu’au porte de la mort. Mais moi… Moi, je suis la septième roue du carrosse…
_ Alors je serai la huitième, comme ça, tu ne seras pas le seul à être inutile et rejeter.
_ Merci Nico. »


Et alors, Leo se rendit compte de sa position, de la présence de Nico contre lui, de ses paroles. Sans se défaire de son étreinte, le fils d’Héphaïstos fit face à celui d’Hadès. Le cœur battant à cent à l’heure,  la situation avait totalement échappé à Leo. Nico passa sa main sur la joue de son ami.

« _ Nico…
_ Oh, je…
(Il s’éloigna légèrement de Leo) Je suis…
_ Non, tu n’as pas comprit.
_ Je n’ai pas… Pas comprit ?
_ Tais-toi.»


Et Leo se surprit lui-même à attraper Nico par son tee-shirt noir orné d’une tête de mort, et à l’embrasser. Mais par Hadès qu’est-ce que ça pouvait le soulager ? Ca faisait des jours que Leo rêvait de Nico sans rien comprendre à ce qu’il ressentait, maintenant, il en était sur. Il l’aimait.

« _ Wow. Euh… Leo, écoute… Je… Euh… Je suis flatté mais… Euh…
_ Et merde. Je suis désolé. Okey. Je vais me pendre.
(Les yeux de Leo s’embuèrent à nouveau).
_ Non ! Leo, écoute, je… Depuis la première fois qu’on s’est vu, j’ai comprit qu’on était pareil, et que je te voulais pour moi. (Du bout des doigts, Nico caressa la joue de Leo avant de dessiner le contour de ses lèvres). Puis crois moi que ça fait des jours que je me retiens de poser mes lèvres sur les tiennes, j’avais – j’ai – tellement envie de goûter à leur gout fruité… Mais… Ce n’est pas aussi simple… J’ai fais une promesse à…
_ Ne te donnes pas autant de mal, je ne suis pas stupide. Puis, j’ai l’habitude. Je suis Leo Valdez, le roi des recalages ! Bientôt, je me serai prit tellement de vent que Jason sera pathétique avec ses pouvoirs d’enfant du dieu du ciel, à côté de moi.
(Leo laissa un petit rire amer s’échapper. Un sourire forcé vient se poser sur ses lèvres.). Tu permets ? Je dois retourner piloter l’Argo II. Festus compte sur moi. (Leo se dégagea de l’emprise de Nico).
_ Leo, je t’aime. »

Il se stoppa d’un coup. Il ne sut dire exactement ce qu’il comprit en premier. Les choses s’étaient passées trop vite. Il en était muet. Puis la douleur se fit ressentir. Leo Valdez tomba a genoux. Quand il se réveilla, Leo était allongé dans son lit, dans sa cabine, son réveille posé sur son ventre, à l’endroit exacte où il avait ressentit une douleur un peu plutôt. Alors, tous ça n’était qu’un rêve ?



 
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Jones
avatar
« Grecque »
Messages : 3192
Humeur : I want eat cake !

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Mar 4 Mar - 0:59

J'étais partie, pour tout le texte, à commenter d'un " J'AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIME. bave "
Et puis j'ai vu la fin. " QUOI ? C'EST QUOI CETTE VIE POURRIE ? NON NON NON, JE SUIS PAS D'ACCORD. NAMEHO. "
Alors voilà, je vais prétendre que les deux dernières lignes n'ont pas été écrites, et te rejoindre dans ton ship Di Angeldez. jeveuuux


Love is life.
I remember those times, when we used to share everything we had. When we were young, innocent and we thought everything was possible. But guess what ? It wasn't. And we fell hard, and we tore apart.
And I miss you, you know.
(i miss maryson / code northern lights.)
 
Voir le profil de l'utilisateur
Travis Alatir
avatar
« Demi-Dieu »
Messages : 55
Humeur : Tel un elfe au pieds légers.

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Mar 4 Mar - 4:08

Waaaaaah. C'est mignoon.
J'avais déjà lu des OS sur eux mais celui-ci est mieux, il est plus approfondi. Donc il est cool. **
Par contre, j'ai du mal à m'imaginer Leo pleurant dans les bras de Nico, comme il le connaît peu.
Et c'est dommage pour lui que ce ne soit qu'un rêve. x)
Tu saurais faire les Leyna, aussi ? hyperactif


 The Joker.
Heroes don't exist and if they did I wouldn't be one of them.
© ZIGGY STARDUST.
 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Mar 4 Mar - 7:23

Anw merci ! Ca fait super plaisir ** ! LEICO C'EST LA VIE MARY **
J'ai jamais essayé, mais j'avais aussi jamais essayé Leico avant, alors je peux essayer de te faire ça se soir Travis *-*



 
Voir le profil de l'utilisateur
Alexia Fernandès
avatar
« Grecque »
Messages : 3526
Humeur : D'enfers.

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Mer 19 Mar - 8:46

SUPPRIMÉ !



 
Voir le profil de l'utilisateur
Gemma R. Prescott
avatar
« Grecque »
Messages : 393
Humeur : I'll be the beauty queen in tears ♫

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Mer 19 Mar - 22:28

NOOOOOOOOOOOOON.
NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON.
NOOOOOOOOOOOOONNONONONONONONONO.
AIEUH.
MES FEELS.
CHALOPE.
J'ADORE TON LEICO. OUI JE SUIS HYSTERIQUE. VOILA. Y A DES FAUTES MAIS BON JE TE LES AI DITES DONC VOILA. VOILA. NON PAS VOILA. CRUELLE !  cry 


bébé soit le clown de la classe je serai la reine de beauté en larmes.
 
 
Voir le profil de l'utilisateur
Theia A. Dawson
avatar
« Membre »
Messages : 272
Humeur : Bob says hello.

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    Jeu 20 Mar - 14:24

Merci beaucoup ma chérie ! Moi aussi je t'aime :3 !
Pour les fautes, je corrigerais quand j'aurai un moment :3


 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.    

 

 

Alexia † Une petite histoire pour dormir le soir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: « Autre » :: HRP :: Votre talent ! :: Fanfictions-
© CRFPH ( Communauté Rpg des Fans de Percy jackson et Harry potter). Tous droits réservés. - Production 2011-2014.